AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [ The Key of Business [Maxime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eva G. McLeighton

avatar

Féminin
● INSCRIPTION : 28/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 325
● CÔTÉ COEUR : No one ...
● ÂGE : 26
● PHRASE DU JOUR : diamonds are the girl's best friend
● STAR SUR L'AVATAR : : Amy Adams
● DISPO POUR UN TOPIC? : *-Yeah !

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Have FuN !

MessageSujet: [ The Key of Business [Maxime   Sam 28 Nov - 19:34

Citation :
[ T h e K e y O f B u s i n e s s


    S
    amedi. Les cours allaient commencer le lundi qui suivait pour Eva. Mais il n'était pas encore temps d'y penser. L'avant-veille, on avait déposer ses affaires au campus, dans sa nouvelle chambre. Pour une université, le confort était au rendez-vous. C'était peut-être très loin du confort de sa chambre immense, mais ça lui convenait parfaitement. Elle n'avait même pas pris le temps de défaire ses bagages, et de tout ranger dans l'armoire. Le sac directement dans sa main, le portable dans l'autre, elle ferma la porte de sa chambre, jusqu'à ce qu'elle s'aperçoive de... la pluie. Elle restait figée quelques temps, et soupira. Il ne manquait plus que ça. Mais Eva ne se laissait pas influencer par ce petit caprice du ciel. Un parapluie blanc au dessus de la tête, et c'était parti. Bien évidemment, dès qu'il pleut, il n'y a plus grand monde qui sort, même pour se réfugier au centre commercial. Les flaques d'eau s'accumulaient et se faisaient de plus en plus nombreuses sur le bitume gris recouvrant la totalité de la ville, pratiquement. Habillée d'une jupe voilée, assez courte pour le temps qui s'était dégradé soudainement. Le soleil allait bientôt repointer le bout de son nez, il n'était pas nécessaire de sortir les pantalons et vestes chaudes. Avec ceci, elle portait des bottes à talon, de couleur noir, avec un T-Shirt très féminin, et un collier de perle noire. Et par dessus le tout, une veste légère.

    Scrutant toutes les boutiques qui passaient devant elle, Eva marchait à une allure modérée. Elle n'était ni en retard, ni en avance. Il fallait quand même prendre un minimum de repère, dans une ville qu'elle n'avait jamais vu de toute sa vie. Son regard était interrogateur, découvrant à chaque pas quelque chose de nouveau. Soudain, une mélodie se fit entendre. Son portable sonnait. L'écran affichait le nom de "Jensen". C'était celui qui avait fait le discours au bar, pour fêter son départ. Souriant en voyant ce nom, elle décrocha et colla son portable à l'oreille. C'était si soulageant d'entendre une voix familière ! On lui demanda de ses nouvelles, comment était la ville, le campus, l'université. What else ?

    "Le temps ne te plairait pas ici. Je suis à peine arrivée, il pleut des cordes. That's so Strange . Mais sinon, wouah ! .... Non, je n'ai encore rencontrée personne du campus. Mais lundi, j'ai les cours qui commencent... Mais oui, ne t'en fais pas ... Oui je te rappellerai ..."

    Jensen lui racontait toutes les dernières nouvelles, les derniers exploits de nos meilleurs amis les boulets. La conversation fut longue, très longue. Il y avait quelques jours de dialogue à rattraper, mais la jeune femme rompit la discussion. En effet, elle arrivait au centre commercial. Ce dernier était immense, de plusieurs étages. Eva était émerveillée. Un paradis, dans son deuxième paradis. Fermant son parapluie, elle y pénétra par la double porte, et toute une série de magazins de vêtements, majoritairement, s'annonçait devant elle. Il a suffi d'une heure pour qu'elle ait les mains pleines de sachets cartonnés. Chaussures, robes, pantalons, jupes, accessoires, la carte bancaire avait chauffé. Il faut toujours innover, c'est la clé du business, et cela ne compte pas seulement pour une chaîne d'hôtels. L'après-midi passait à une vitesse fulgurante. On approchait des cinq heures, il n'était pas plus mal de rentrer. Il pleuvait toujours et encore. C'était à se demander si il n'y allait pas avoir une inondation. Eva soupira, et se sentait prête à rouvrir son parapluie blanc. Marchant tête baissée, vers la sortie, il y eut soudainement un obstacle. Elle regardait le message qu'elle venait de recevoir sur son portable. Tout en le lisant, la jeune femme demanda d'un ton neutre.

    "Excusez-moi, je voudrais sortir..."

    Pas de réponse. L'inconnue ne bougeait pas. Voyant que la silhouette ne mouvait pas. Eva soupira, rangea son appreil mobile, et leva la tête. Elle se répéta.

    "Je voudrais sortir, PLEASE"

Revenir en haut Aller en bas
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 29
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Dim 29 Nov - 10:40

- Tu vas y aller, hein ? Max ?
- Oui oui, j’y vais… C’est quand déjà ?
- Max !!!

Après encore quelques minutes à rassurer sa mère, et après qu’elle eut raccroché, il envoya valdinguer son portable un peu plus loin, et replongea la tête sous les couvertures. Quelle idée de l’appeler, au milieu de l’après-midi ? Il y en avait qui dormaient, à cette heure-là ! En tout cas, Max, lui, dormait. Du moins, jusque là. Parce que là, il fallait qu’il se lève, et qu’il cède à l’appel du centre commercial… Enfin c’était surtout qu’il se ferait étrangler à distance par sa mère, s’il n’y allait pas. Parce qu’il lui fallait une tenue « décente », pour son apparition au gala de charité, ou il-ne-savait-quoi-d’autre… Bref, une soirée mondaine comme les autres, mais à laquelle il fallait qu’il participe, et qu’il représente son père qui était coincé à Vegas pour la soirée. Ce soir, donc.

« Pas question d’y aller en simple jean/chemise », qu’elle lui avait dit. Ce soir, c’était costume obligatoire. Et s’il ne raffolait pas particulièrement des déguisements de pingouin, il était quand même assez sensé pour savoir qu’il se ferait déshériter s’il n’obéissait pas, là. Ses parents lui demandaient rarement, très rarement, ce genre de service, mais quand ils lui en demandaient un, il avait tout intérêt à le leur rendre. Et justement, parce qu’ils lui demandaient rarement ce genre de choses, il fallait qu’il aille s’en acheter un nouveau, de costume. L’ancien étant trop… ancien, aux yeux des autres. Et puis, quitte à avoir un compte en banque bien garni, autant que ça lui serve… Il s’était levé, donc, avait enfilé une chemise blanche par-dessus son jean, et avait filé au centre commercial.

Il pleuvait, pour changer… Ils étaient bien loin, le soleil et la chaleur de Las Vegas… Mais ça n’était pas pour autant qu’il la regrettait, sa ville natale. Il était aussi bien à Providence. Peut-être mieux, il n’en savait rien… Toujours était-il qu’il la connaissait par cœur, cette ville, et qu’il l’aimait beaucoup, aussi, au point de ne pas avoir envie de la quitter. Sérieusement, ce n’était pas à Vegas qu’il impressionnerait qui que ce soit en se baladant en Jaguar ! Parce que là, il impressionnait. Depuis trois jours qu’il roulait dans sa nouvelle voiture - généreux cadeau de papa, qui semblait soulagé que l’horrible pick-up de son fils chéri soit sur le point de rendre l’âme -, il avait encore moins de mal à attirer les filles. L’appel du luxe, sans doute… Il n’était pas encore assez idiot pour faire confiance à ces filles-là, mais de toute façon, le nombre de personnes qu’il connaissait et qu’il savait ne pas être intéressées par son argent se comptait sur les doigts d’une main. Mais il ne s’en formalisait pas une seconde : Le pouvoir que lui conférait son argent était bien plus important que tout le reste…

- Autre chose avec ça, monsieur ?

Sa facture avoisinait déjà les mille dollars, et on lui demandait s’il voulait autre chose… Il fallait vraiment être dans un magasin de luxe pour entendre ça, et ne même pas avoir l’air choqué. Arborant fièrement le costume trois pièces qui lui allait à merveille, il jeta un œil à la vendeuse qui le dévorait littéralement - ou presque… ahem - des yeux. Ah ça, quand on payait avec une carte gold…

- Juste votre numéro, et ça sera tout.

Il lui lança un sourire de conquérant - bien qu’elle soit déjà conquise -, puis retourna à la cabine où il retrouva son bon vieux jean, ainsi que sa chemise, qui n’avait rien à envier à celle du costume. Après qu’il eut payé, et évidemment, récupéré le numéro de la demoiselle, il quitta le magasin, et se dirigea vers la sortie du centre commercial, avec son seul et unique sac. Clés de voiture et portable en main, il s’attelait déjà à enregistrer les coordonnées de sa nouvelle potentielle conquête, quand l’appareil sonna dans ses mains. Surpris, il laissa échapper les clés, mais choisit de regarder le contenu de son nouveau message, avant de les ramasser. Qui oserait voler les clés d’une Jaguar… Hum ?

Une fête, ce soir. Grand manoir, piscine, jacuzzi, et activités en tous genres… Il ne pouvait pas la rater. Il ne pouvait pas… Il n‘en avait pas le droit. Il ne fallait pas qu’il la rate… Il irait, après sa soirée.

"Je voudrais sortir, PLEASE"

Haussant les sourcils, il releva la tête de son portable, et se retourna pour faire face à la jeune fille, qui lui parlait, mais qu’il n’avait pas entendue - ou plutôt, qu’il avait ignorée -, avant. Quel impoli tu fais, Max !

- Ah ben voilà, c’était juste le mot magique qu’il manquait…

Il afficha l’air neutre, presque indifférent, dont lui seul avait le secret, puisqu’il ne perdait alors rien de son charme, et se baissa pour récupérer ses clés toujours au sol, avant de se relever, et se rendre compte qu’effectivement, elle ne pouvait pas passer. En plus d’être impoli, il bloquait la sortie… Vilain Maxou !

- Sorry, mademoiselle… Mais il faut mieux vous faire entendre…

Sans se départir de son expression faussement neutre, il cligna deux fois des yeux, avant de consentir enfin à libérer le passage.

- Okay, j’ai rien dit. Juste… Sorry.
Revenir en haut Aller en bas
Eva G. McLeighton

avatar

Féminin
● INSCRIPTION : 28/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 325
● CÔTÉ COEUR : No one ...
● ÂGE : 26
● PHRASE DU JOUR : diamonds are the girl's best friend
● STAR SUR L'AVATAR : : Amy Adams
● DISPO POUR UN TOPIC? : *-Yeah !

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Have FuN !

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Dim 29 Nov - 13:36


    Stupéfaction. C'était un des rares qui pouvaient décrire les sentiments de la rouquine. Elle était face à un regard impassible, celui d'un jeune homme, qui avait l'air, disons ... assez friqué. Eva haussait un sourcil, regardant un peu bêtement l'inconnu. Ce dernier ramassait ces clés de voiture, probablement, mais se plaisait bien à continuer à lui bloquer le passage. Et étrangement, la jeune femme n'avait nullement l'intention d'emrpunter une autre porte à double battant pour sortir. A vrai dire, la pluie qu'il y avait dehors ne motivait pas vraiment à mettre le bout du nez dehors. S'impatientant, Eva croisa ses bras, et regardait continuellement le jeune homme. Il faut qu'elle se fasse mieux entendre ? Et bien, en voilà de la galanterie ! Jamais on ne lui avait déjà parlé de la sorte. Enfin, où avait-elle ses idées ? Mrs. Leighton n'était plus à Miami. A Providence, personne ne la connaissait, personne ne l'avait cotoyé. Ce jeune homme fut le premier à lui adresser la parole.

    Son portable encore une fois. Un nouvel appel. Eva envoya directement la personne étant à l'autre bout du combiné sur sa messagerie. Quelques secondes passèrent, et on l'appela à nouveau. Le même ami qu'elle avait appelé avant. Mais qu'est-ce qui lui prenait ? Il était en manque ou quoi ? Sacré Jensen ! Elle dissimula son portable dans son sac, et rajusta ses sachets qu'elle tenait en main.

    "Quand je veux me faire entendre, j'arrive à le faire. Je n'en voyais juste pas l'utilité" rétorqua Eva, sans ton méprisant ou dédaigneux, mais plutôt dans un air franc, mais sympathique. Vous me suivez ?

    La jeune femme regarda la marque inscrit sur les clés de la voiture de l'inconnu. Ce n'était ni une Twingo, ni une Coccinelle. Une Jaguar. Un bourge de Providence ? A Miami, on distingue les gens selon la, ou les voitures qu'ils ont. Honte à celui qui se pointe avec une vieille voiture rouillée, où la peinture s'éfrite de partout ! On le blâmerait jusqu'à la fin de ses jours ! Les amis masculins d'Eva, notamment, étaient des experts en la matière. Accrocs aux bagnoles, ils scrutent les bolides de leurs invités au moindre détail. Et heureusement qu'on avait des connaissances étant fan de voitures, ils aidaient Eva sur la sienne. Elle était loin d'être une experte en moteur et c'était les employés de son père qui la bichonner avec amour. Mais on n'avait jamais critiqué sa voiture -qu'elle n'avait pas ici, mais on allait certainement pas tarder à lui en remettre une incessamment sous peu. Ce type là, il devait aussi aimer les détails. Je sais pas... il avait une tête à aimer les détails. Eva l'imaginait très bien bichonner sa Jaguar avec un chiffon pour enlever la moindre trace de doigt. Cette idée la fit rire. Eva se mordilla la lèvre inférieure pour se retenir, et plaça la main devant sa bouche, histoire de remettre de ses émotions. That was so funny !

    "Well, puisque vous avez une bagnole qui vaut plusieurs dizaine de milliers de dollars, je suppose que vous ne devez pas travailler au McDo du coin, j'me trompe ?" plaisanta-t-elle.

    Casquette rouge avec un beau "M" jaune dessus. Ca ne lui allait pas du tout. Quand on veut, on peut faire déborder notre imagination, c'est assez hallucinant. Du moins, c'était le cas de la surnommée E. . C'était comme ça qu'elle prévoyait ses coups foireux si on cherchait à nuire à sa réputation, où à tenter de la ridiculiser. Et l'inspiration ne venait de pas grande chose, en fait.

    L'analyse physique était concluant. Jaguar, habillé décontracté, mais classe, qu'avec des marques valant plusieurs centaines, voire milliers de dollars. He was rich. Acess granted. On dit toujours qu'il suffit d'un rien pour reconnaitre les bonnes fréquentations, ceux avec qui on peut sympathiser et avoir facilement confiance. Ce mec là, il était friqué, faire sa connaissance, ou même avoir une amitié, ne pouvait qu'être bénéfique et soulageant pour la Miaman's.
Revenir en haut Aller en bas
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 29
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Sam 5 Déc - 4:44

Il avait libéré le passage, mais elle n’était pas passée pour autant. Et à vrai dire, il n’en était même pas étonné… Qui pouvait passer son chemin, après l’avoir rencontré, lui ? … Prétentieux ? Mais non. Si peu… Toujours était-il que malgré ce qu’elle lui avait soutenu, elle ne le voulait pas tant que ça, sortir… Au contraire, elle restait là, à le regarder, préférant même sa compagnie à lui, à celle de son portable. Et alors qu’elle lui répondait, il haussait le sourcil à son tour, les yeux posés sur le sac où elle venait de ranger l‘appareil.

- Et quand il s’agit de ne pas entendre les autres, vous savez aussi vous y prendre…

Un léger sourire étirait ses lèvres, alors qu’il relevait le regard vers le visage de la demoiselle, et le plongeait, amusé, dans les yeux bleus de l’inconnue. Il n’avait pas particulièrement cherché à être blessant - ça n’était pas son genre -, ni même à faire de l’humour - ça, c’était naturel -, il avait juste… hum… répondu, en poursuivant la conversation, comme il avait l’habitude de le faire. Et le fait que la jeune femme qui lui faisait face n’avait que des sacs de marques plus chères les unes que les autres en main ne l’impressionnait pas le moins du monde. En fait, ça ne lui faisait absolument aucun effet. Mais visiblement, la réciproque n’était pas tout à fait vrai. Et alors qu’il avait agité ses clés de voiture sans le vouloir sous le nez de la demoiselle, celle-ci sembla avoir un regain d’intérêt pour lui. Et loin de s’en offusquer, il s’en amusait, au contraire.

- Et qui vous dit que j’y ai pas travaillé toute ma vie, au McDo du coin, pour me la payer, cette bagnole ?

Il la fixait, droit dans les yeux, dans l’espoir de déceler une hypothétique surprise… Mais rapidement, il abandonna l’idée de la surprendre, puisque de toute évidence, elle l’avait déjà classé dans la catégorie des people à connaître. Du moins, supposait-il…

- Hum… En fait, je sais même pas si c’est possible, je connais pas son prix… Et j’suis presque sûr que vous vous y connaissez mieux que moi.

Il avait avoué son ignorance… Oui ! Lui, Max, avait osé avouer son ignorance… Bon, en fait, ça n’avait rien d’exceptionnel en soi. Mais il fallait avouer que sur le coup, cette révélation allait certainement faire un choc à mademoiselle « je ne parle qu’aux riches ». Comme quoi, les apparences étaient parfois trompeuses… Souvent, même. Et il était bien placé pour le savoir.

Un dernier coup d’œil à son portable, et il le rangea dans la poche de son jean. C’était déjà ça de moins à porter. Déjà qu’il avait un paquet qu‘il n‘avait pas d‘autre choix que de tenir en main… Moins il en avait, mieux c’était. Et puis, quelque chose lui disait qu’il viendrait bientôt en aide à cette demoiselle, surchargée de paquets ayant chacun la valeur d’un mois de salaire au McDo du coin. Certaines personnes n’avaient vraiment pas la valeur de l’argent… Et il en faisait partie, bien sûr.

- So… Vous voulez voir la bête ? A moins que vous ne préfériez rester là, à bloquer la sortie… Ca peut aussi être très sympa, remarquez, mais je doute que le personnel du centre commercial soit de cet avis…

A ces mots, il leva les yeux vers la caméra braquée sur eux, puis les ramena vers la jeune femme, à qui il souriait toujours, sans rien perdre ni de son calme, ni de sa sérénité.
Revenir en haut Aller en bas
Eva G. McLeighton

avatar

Féminin
● INSCRIPTION : 28/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 325
● CÔTÉ COEUR : No one ...
● ÂGE : 26
● PHRASE DU JOUR : diamonds are the girl's best friend
● STAR SUR L'AVATAR : : Amy Adams
● DISPO POUR UN TOPIC? : *-Yeah !

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Have FuN !

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Dim 6 Déc - 19:36


    Et il répliquait, il répliquait encore et toujours à tout ce qu'Eva pouvait. Ce n'était pas lassant, au contraire, ça changeait des conversations monotones et des hommes qui se sentent dominés dès qu'une femme leur répond sans broncher, chose à laquelle ils ne s'attendent jamais. Ce n'est pas utopique, simplement mythique, et ce, depuis quelques millénaires déjà. Mais ce jeune homme, là, il était différent. Un homme évolué ! D'habitude, on passe de l'homme des cavernes à l'homme des tavernes, mais là... Wowh ! Impressionnant. La Miaman's regardait continuellement le jeune homme, l'air amusé, et intouchable par ses remarques qui ne montaient pas très hauts. La plupart du temps, sa susceptibilité prenait le devant, mais ce jour là... Mhhh... How can we say that ? Yeah ! Elle n'en avait pas envie, mais alors ! Pas du tout ! Et puisqu'il voulait jouer gentiment à ce jeu là, Eva prenait aussi les cartes en main.

    "J'entends qui bon me semble. Je préfère honnêtement écouter des architectes experts que des éboueurs de notre hôtel pour parler du futur nouveau bâtiment de ce dernier. Quoique ... Certaines personnes peuvent être de bon conseil, tout dépend de son point de vue. Et si vous voulez mon avis, vous devriez être aussi têtu que moi à ce sujet. So...." répliqua-t-elle, avec une voix à moitié rieuse. Comme si elle allait se laisser marcher sur les pieds !

    Le sujet du McDonald. Boarf, ce n'était que le premier exemple qui lui ait passé par la tête, et voilà qu'il en fait une tartine longue de dix mètres ! A sa remarque, Eva pouffa de rire, mettant sa main devant sa bouche. Cela ne cachait pas grand chose, mais c'était une simple habitude. Elle n'était pas surprise de sa réponse, elle n'en attendait pas moins. Son sourire ne pouvait s'empêcher de disparaître, ses yeux fixaient continuellement ceux de l'inconnu "comique". Après une profonde expiration, histoire de se calmer un peu, on restait sur la vague de la riposte, mais toujours avec cette idée de plaisanterie stupide.

    "Bien sûr, et tu as commencé à travailler à l'âge de 3 ans peut-être ? C'est comme si je te disais que ma grand-mère savait déjà jouer tous les morceaux de Beethoven dès sa naissance. Et puis... pfff... Les malheureux machos qui bossent au McDo pour se payer la voiture de leur rêve, ce serait plutôt pour une voiture plus "sport"... ou... comment vous dites déjà ? Ah oui ! "Tuning" !"

    Beurk ! Eva avait horreur de ses voitures. Les crados qui s'éclataient à bousiller leurs suspensions pour impressionner des nanas portant des mini-jupes horriblement courtes. Elle ? S'y connaître en voiture ? It's a joke, right ? E. le regardait, impressionné par cette affirmation très très très faussée. Cette surprise la fit rire, bouche grand ouverte. C'était bien la première fois qu'on lui disait ça. Pour on ne sait quelle raison, Eva avait déjà commencé à le tutoyer. Le vouvoiement, c'était trop haut placé pour elle, surtout face à ce genre de situation.

    "Tu déconnes, j'espère ? Moi ? M'y connaître en voiture ? Je sais rouler avec, mais faut pas abuser non plus... C'est juste que, les voitures, à Miami, c'est hyper symbolique. J'ai du en prendre de le graine. Là-bas, la voiture qualifie son conducteur. Donc, je te déconseillerai de te pointer là-bas avec une Twingo Turquoise. Après, j'dis ça, j'dis rien, hein, tu fais ce que tu veux."

    On lui suggéra d'aller prendre l'air, histoire d'aller voir la fameuse voiture. La jeune femme acquiesça d'un sourire -pour une fois- simple, et passa devant lui pour sortir la première. Ladies First. Elle ralentit ensuite le pas, pour qu'il ait le temps de la rejoindre (si ça se trouve, c'était le plus nul des Sprinters...), toujours souriante. Il était peut-être temps d'aborder la personne avec plus de sympathie, nan ? C'était bien beau de jouer et s'amuser sans même connaître le nom de son interlocuteur, si bien qu'à la longue, on s'en lasse. Tenant ses sachets de ses deux mains -ses vêtements et ses chaussures faisaient bien leur poids-, elle s'adressa à lui, avec un tout autre ton que celui connu auparavant.

    "Je sais que notre rencontre ne fut pas des plus banals et des plus sympathiques qu'il soit ... Mais... Je m'appelle Eva. Eva G. McLeighton. Je viens de débarquer ici, il y a ....oui, trois jours. Et, j'aime pas du tout me laisser marcher sur les pieds, encore moins par des inconnus."

    Il n'y avait aucune menace, ou rien de ce genre. On va dire que c'était juste à titre informatif.

Revenir en haut Aller en bas
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 29
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Dim 13 Déc - 5:44

Cette petite joute verbale aurait sérieusement eu de quoi agacer le plus susceptible des hommes, mais… Comment dire… Max, lui, était loin d’être le plus susceptible des hommes. A vrai dire, il ne l’était même pas du tout, susceptible, et ce petit jeu avait le don de l’amuser bien plus qu’il n’aurait pu l’avouer, en réalité. Et, non content d’avoir un peu de divertissement dans sa journée, il pouvait se satisfaire d’avoir une partenaire de jeu tout à fait charmante, ce qui, évidemment, ne pouvait pas échapper au séducteur en règle qu’il était. Nouvelle cible potentielle ? Ahem… Techniquement, et statistiquement, toute jeune femme pouvait potentiellement être une cible, aux yeux de Max La Menace. Mais si, en théorie, elle aurait dû être inscrite parmi toutes les autres cibles en vue, en pratique, c’était bien différent. Pas qu’il ne soit pas intéressé, hein, mais cette demoiselle-là semblait dégager autre chose, de… différent. Il ne voyait pas d’autre mot. Mais sans pouvoir l’expliquer, il avait cette étrange impression, de ressemblance frappante, même si tout semblait pourtant les séparer. Unbelievable…

- Ce qu’il y a de bien, avec les éboueurs, c’est que personne ne fait jamais attention à eux, et qu’ils peuvent tranquillement épier toutes sortes de conversations… Ce sont parfois les mieux informés, malgré ce qu’on pourrait croire…

Non, ce n’était pas une nouvelle lubie qu’il avait, de défendre la cause des éboueurs de la ville… C’était justement tellement plus drôle d’être en désaccord avec cette demoiselle, juste pour le plaisir de la contredire, et ce, même s’il était partiellement d’accord avec elle. Qu’on ne se méprenne pas : il appréciait cette franchise avec laquelle elle lui parlait. C’était d’ailleurs ce qui l’amusait le plus, de pouvoir s’opposer à elle, avec des arguments qui lui venaient à mesure qu’il parlait, et qui étaient pourtant pleins de bon sens. C’étaient peut-être les plus terribles, puisque imprévisibles, et pourtant bien difficiles à ébranler. Et, s’il avait beau être terriblement joueur, il n’avait pourtant pas d’autres buts que ceux précités. Let’s have fun ! Et parlant de fun, le voilà qui souriait, à la remarque suivante de la belle inconnue.

- Tuning… C’est pour ceux qu’ont rien à faire de leur temps… et de leur argent… et… qu’ont du mal avec les filles, aussi…

Il marqua un temps d’arrêt, puis reprit.

- Cela dit, pour rien au monde je ne me permettrais de douter des compétences de ta grand-mère.

Oui, forcément, il fallait que ça sorte. Il ne pouvait pas ne pas y répondre, à ça, la tentation avait été bien trop grande… Et tout comme elle s’était mise à le tutoyer, il avait fait de même, tout aussi naturellement. Après tout, s’ils étaient assez proches pour débattre des possibles compétences de sa grand-mère, ils pouvaient bien se tutoyer, non ? Enfin… Proches, c’était un bien grand mot, il ne savait même pas comment elle s’appelait. Et en fait, pour être honnête, il ne lui venait pas du tout à l’esprit de lui poser la question. Leur conversation lui paraissait bien plus intéressante qu’un banal échange de prénoms - et numéros de téléphone, au cas où… (a). Les voitures, c’était tellement plus intéressant…

- Le jour où je passerai par là-bas, je penserais à me pointer en Twingo Turquoise… Juste pour voir ce que ça fait…

Dix contre un qu’il trouverait quand même une âme charitable pour lui prêter un toit… Et un lit… Et une compagnie, dans le lit… Max Rutherford était un grand garçon, il n’avait pas besoin de la jolie marque sur sa clé de voiture pour se faire des amis. Enfin… ça, c’était en théorie. En pratique, c’était différent, puisque… non, il n’irait pas faire l’expérience. Pas qu’il ait peur que ça ne fonctionne pas, hein, mais… Le turquoise ne lui allait pas au teint, malheureusement…

Elle le précédait, puis attendit qu’il la rejoigne, en souriant. Et si les yeux de l’Alpha se baissèrent, alors qu’elle lui passait devant, ce n’était pas pour… ahem… apprécier ses formes, mais pour observer les paquets qu’elle tenait des deux mains. Finalement, et malgré ce qu’il avait cru, elle n’en était pas encore à attendre de lui qu’il lui porte ses paquets. Pourtant, si elle le lui avait demandé, il aurait accepté sans broncher, oui oui. Pas par soumission, mais par… hum… bonté. Disons-le comme ça, pour faire simple…

Et alors qu’il la rejoignait enfin, elle reprit la parole, pour lui permettre d’enfin mettre un prénom sur ce doux visage… Eva. McLeighton. Nouvelle en ville… Forcément, puisqu’elle avait dit venir de Miami. Et qui n’aimait pas se laisser marcher sur les pieds. Tiens donc ? Il ne s’en serait pas douté…

- Tu m’en diras tant…

Un éclair de malice traversa son regard, alors qu’il lui lança un bref regard.

- Si tu l’avais pas dit, je l’aurais jamais deviné… Anyway, bienvenue en ville, miss McLeighton… C’est pas Miami, mais c’est bien quand même.

Encore une fois, il souriait. Mais cette fois, ce n’était plus cet air taquin, ou malicieux. C’était… amical. Purement, et simplement. Une grande nouveauté, pour notre Maxou national.

- Moi c’est Max. Enfin… Maxime, Rutherford. Mais appelle-moi Max… Et Max ne laisse pas les jolies demoiselles porter leurs paquets. Tu permets ?

Il esquissa un mouvement vers lesdits paquets, dans le but de les attraper, très prochainement. Mais avant cela, il attendait l’accord de leur propriétaire, pour les lui dérober, ses paquets. ’manquait plus qu’on le prenne pour un voleur, tiens…
Revenir en haut Aller en bas
Eva G. McLeighton

avatar

Féminin
● INSCRIPTION : 28/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 325
● CÔTÉ COEUR : No one ...
● ÂGE : 26
● PHRASE DU JOUR : diamonds are the girl's best friend
● STAR SUR L'AVATAR : : Amy Adams
● DISPO POUR UN TOPIC? : *-Yeah !

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Have FuN !

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Dim 13 Déc - 13:53


    Ce dénommé Maxime Rutherford était vraiment très drôle, du moins, il arrivait bien à faire rire Eva. Venant d'un inconnu, c'était assez stupéfiant. Il trouvait toujours de quoi de répondre à ce que disait la jeune femme. D'habitude, ça aurait vite agacé cette dernière, mais là, étrangement, non. Elle ne voulait quand même pas répondre, elle se contenta de rire, très amusée, à bouche fermée, avant de sortir. Il n'était décidément pas comme les autres garçons. Ces autres crétins qui étaient, évidemment, toujours du même avis de la demoiselle qu'il accompagnait. Histoire de plaire, supposait-on. Des idiots à deux sous, Eva n'en voulait pas. Pas fichus de penser par eux-mêmes, si vous lui dites de sauter par la fenêtre, il le fera. Désespérant ces mecs, j'vous jure. Mais Max, lui, il était tout autre. Une espèce unique, en voie de disparition. Sacré spécimen, d'ailleurs... Lui serait plutôt du genre à aider ce qui veulent sauter par la fenêtre. S'imaginant la scène, Eva ne pouvait cesser de sourire, et même parfois de rire. Elle n'aurait jamais pensé faire une première rencontre ici avec quelqu'un d'aussi... spécial, va-t-on dire. Elle avait pourtant repérer les différents "groupes" de la ville à travers toutes les personnes qui se baladaient au centre commercial. Pom-Pom Girls, sportifs, and more.

    Voilà qu'il se montrait galant ! What a sweet boy ! On n'en croise plus dans tous les coins de rue, des gars comme ça. Même à Miami, c'était aussi en voie de disparition. Eva le regardait un instant, impressionnée. Voyons... Imaginez que votre ordinateur plante et rame à mort. Bah Eva, c'était à peu de chose près la même chose. Elle haussait son sourcil, et eut un instant la bouche à peine entrouverte. Avec une lenteur certaine, la jeune femme lui passa ses paquets, et s'inquiéta même un temps soit peu pour lui. Ses sachets et ses paquets étaient loin d'être vide, et ça faisait bien son poids. Mais bon, Maxichou était un homme fort, isnt'it ? Pas aussi vert que Hulk, mais il devait être fort. Histoire de politesse, elle lui dit alors.

    "Thanks."

    Elle le regardait toujours. Amusée, joyeuse de connaître enfin quelqu'un ici. Et sans gêne, elle lui répliqua avec la plus grande des gentillesses.

    "T'as pas la langue dans ta poche, mais tu sais te montrer galant, tu m'impressionnes". Ces deux derniers mots furent dits dans un éclat de rire de la part de la jeune femme.

    Les deux compères arrivaient alors devant la voiture du jeune homme. Etrangement, Eva ne prêta aucune attention à la marque de cette dernière. Pas même à la couleur, et ça, c'était encore plus bizarre. Disons qu'il avait le phénomène qui l'accompagnait, là, qui était beaucoup plus distrayant qu'une titine qui ne faisait qu'attendre qu'on lui chauffe le capot. Mais bon. Où en était-on déjà ? Il s'appelait Mxime Rutherford, c'était déjà ça. Il aimait plaisanter, ça, c'était un super nouvelle. Ca aussi, ça se faisait rare, il n'y en avait plus qu'une poignet de nos jours. On a l'impression, que ce siècle ci est la grande mode des dépressions et de la déprime. Certains s'habillent en noir -c'est leur choix-, mais dire, tout au long de l'année, que ça ne va pas, qu'on broie du noir avec tout le patatrac qui va avec, ça craint. Eva avait horreur de ces gens-là. OK, on avait tous le droit d'avoir des coups de blues sous un mauvais jour. Mais on ne parle jamais de mauvaise année... N'importe quoi ! Troisième point, Max était galant, Wouah ! Maintenant qu'on avait cerné une petite partie du caractère, il ne manquait plus que de parler.... Aaah ! Zut alors ! Il se remit soudain à pleuvoir. heureusement que Super Eva était là, avec son magnifique parapluie blanc en main. Elle déploya ce dernier au dessus de sa tête et de celle de Maxime. It's raining men, Hallelujah, it's raining men... Bah quoi ?! On a toujours le droit d'avoir une chanson en tête, pas vrai ? C'était permanent chez Eva, elle n'y pouvait rien, c'était dans sa nature.

    "A Miami, il ne pleut pas autant, mais ça me plait quand même. Je suis peut-être chiante, quand je le veux, mais pas autant quand même, faut pas abuser..." dit-elle en plaisantant, toujours et encore.

    Bon, arrêtons de perdre le fil des choses. Eva voulait faire plus ample connaissance avec Mr. Rutherford. My name is Rutherford, Maxime Rutherford. James Bond version comique, c'était pas mal.

    "Tu fais quoi comme étude ? Tu as des projets professionnels ?"

    Elle marqua une pause, et dit alors ce qu'elle comptait.

    "Si tu veux tout savoir, je fais des études dans la Gestion & Management, je compte reprendre la chaîne d'hôtels de mon père, à Miami."


Revenir en haut Aller en bas
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 29
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Dim 10 Jan - 6:57



Rien à faire, il lui était impossible de comprendre ce qu’il lui trouvait de si spécial, à cette Eva. Et pourtant, il y avait bien quelque chose, qui lui échappait, certes, mais qui était bien là… Et qui lui donnait plus envie de lui porter ses paquets, que de profiter d’être hors de portée de sa vue pour détailler ses formes, pourtant assez avantageuses. Et non, ce n’était pas un signe de soumission - bien au contraire -, c’était plutôt… Un réel intérêt, qu’il avait pour elle, et pas pour sa plastique. Vous savez, la psychologie, la beauté intérieure, tout ça… Oui, enfin, fallait pas exagérer non plus, il ne devenait pas sentimental, hein ! Juste que… Juste que… Rien. Rien du tout…

Il l’avait étonnée. Encore. Quel délice ! Etonnée par sa galanterie, visiblement. Il est vrai que c’était une qualité qui se perdait, chez la gente masculine. Mais Max était plein de qualités, dont on ne se douterait pas, à le voir, comme ça… Plein de bonnes surprises en perspective, pour miss McLeighton. A condition qu’elle lui en laisse l’occasion, évidemment… Il attendait, qu’elle lui donne ses paquets. Et elle ? Elle l’observa un moment, l’air hagard, avant de finalement, enfin, lui confier lesdits paquets. Paquets dont il se saisit sans problème, malgré leurs poids considérables. Elle avait acheté tout le centre commercial… C’était ça, hein ?

Malgré tout, il ne fit aucun commentaire, dans ce sens. Après tout, elle achetait ce qu’elle voulait. Et ça n’était pas comme s’il n’était pas capable de tout porter sans broncher… Oui, super Maxou portait un centre commercial entier. Même pas lourd, d‘abord… Et puis, il fallait le dire, la conversation de la demoiselle était beaucoup plus intéressante qu’une quelconque plainte, concernant ses paquets. Il l’impressionnait ? Ca, il ne s’y était pas attendu. En tout cas, pas à ce qu’elle le dise, comme ça, sans qu’il n’ait rien demandé. Et même si ses mots furent ponctués d’un éclat de rire, il sut que c’était à prendre comme un compliment, pourtant rares chez ce genre de personnages. D’une certaine manière, elle aussi, l’impressionnait.

- Ca, on me l’a jamais dit…

Il la gratifia un sourire, puis reprit.

- Et si j’avais su que ma… galanterie t’aurait impressionnée, j’aurais… Hum… J’y aurais rien changé, en fait.

Ils arrivaient à la voiture, et contrairement à ce qu’il avait pensé, elle ne se jeta pas immédiatement sur le bolide, dont la peinture noire reluisait, malgré la météo pluvieuse. Elle ne s’y intéressa pas vraiment, y jetant à peine un vague coup d’œil. Au lieu de ça, elle dégaina un magnifique parapluie blanc, sous lequel ils purent s’abriter tous les deux, sans le moindre problème. Amusé par la vitesse avec laquelle elle avait réagi, il le fut encore plus, quand elle commenta son geste, tout en lui répondant.

- Toi, chiante ? Non… J’y crois pas une seconde.

Ils se connaissaient à peine, et déjà, il avait cette inévitable envie de la taquiner, encore et encore. Toute occasion était bonne à prendre. Et il saisissait chacune des perches qu’elle lui tendait… Et, autant le dire, elle lui en tendait beaucoup. Peut-être que ça l’amusait, elle aussi ? Sûrement, même.

La conversation se transformait en véritable interrogatoire. Après son nom, voilà qu’elle lui parlait de ses études, et de ses plans professionnels… Femme d’affaires en puissance ? C’était l’impression qu’elle lui laissait, en tout cas. Mais ce n’était en rien pour le déplaire, au contraire. Il ne rencontrait pas souvent ce genre de cas… Bon, en fait, c’était assez inédit, comme situation. Mais il aimait l’inédit. Non… Il adorait ça !

Et puis d’ailleurs, il n’eut même pas à répondre à sa question, puisqu’elle le fit avant lui. L’art de poser les questions, et d’y répondre soi-même. Particulier… Mais sympathique. Et d’ailleurs, ses projets à elle eurent le don d’éveiller son intérêt, qui ne manqua pas de se faire repérer, dans ses yeux à lui. Etudes de Gestion & Management, dans le but de reprendre la chaîne d’hôtels de son père ? Vous m’en direz tant…

- Pour ce qui me concerne, c’est la même, mais version casino… Et à Vegas.

A croire qu’ils étaient faits pour se rencontrer, ces deux-là… Pourquoi ? J’en sais rien, juste… Voilà. Ils étaient faits pour se rencontrer.

- Et donc, puisque tu voulais la voir… Voici la bête.

Il ne la quitta pas du regard, devinant qu’elle saurait qu’il parlait de la voiture… Après tout, c’était elle qu’ils étaient venus voir, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Eva G. McLeighton

avatar

Féminin
● INSCRIPTION : 28/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 325
● CÔTÉ COEUR : No one ...
● ÂGE : 26
● PHRASE DU JOUR : diamonds are the girl's best friend
● STAR SUR L'AVATAR : : Amy Adams
● DISPO POUR UN TOPIC? : *-Yeah !

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Have FuN !

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Dim 10 Jan - 17:21

Eva était impressionnée, mais apparemment lui aussi l'était, sur ce qu'elle pouvait dire. Et le fait de l'impressionner, impressionnait l'étudiante. Je sais, il y a eu beaucoup de fois le même en deux lignes, mais on ne pouvait pas qualifier la situation autrement. Parce que c'était pas son fort à la rouquine d'arriver à étonner autrui, c'était même vraiment exceptionnel. Ce Maxime Rutherford la faisait vraiment, sans forcément qu'il ne le veuille vraiment. Il en fallait très peu pour la faire rire, surtout quand on commence à la connaître. Enfin, il en fallait aussi très peu pour la mettre en colère, jusqu'à ce qu'elle fasse opération Okawongo pour arriver à ce qu'elle voulait. Tourner quelqu'un au ridicule, ou insister au maximum pour avoir ce qu'elle voulait. Donc si, on peut dire qu' Eva est très chiante quand elle le veut. C'est inconditionnellement et inexorablement vrai, désolée pour les déceptions. Sur les deux premières qu'il répondait, Eva se contentait de rire ou de sourire, ne le quittant pas du regard.

Et Maxime se persuadait qu'Eva n'était pas aussi chiante qu'elle le prétendait. M'enfin ! Eva riait, une nouvelle fois -je vous raconte pas comment son ses abdos !-, en voyant la déduction du jeune homme. Elle hocha la tête, et se mordit la langue en voyant sa réaction. Il la cherchait déjà. Il ne connaissait que son nom, sa provenance, et ses études. C'était à peu près pareil pour Eva, mais l'envie de, dirait-on, jouer avec lui [pas de mauvaises pensées !] lui brûlait horriblement les lèvres. Ils se taquinaient alors qu'ils ne s'étaient jamais vu, alors maintenant, les présentations étaient faites, on pouvait encore plus se lâcher. Nan ? Ca marche pas comme ça ? Oh Shit !

L'étudiante allait de découverte en découverte. A croire que leur rencontre était prédestinée par un prétendu supérieur. Ne croyant pas vraiment au destin, Eva se basait sur la coïncidence ou le hasard. Et le hasard lui offrait plein de cadeaux bonus ces derniers temps. En plus, Las Vegas ! C'est pas de la gnognote en compote coincé au fin fond du Canyon ! La rouquine était une grande fan des casinos luxueux, des machines à sou, ou encore mieux, les jeux de carte ! Elle se souvenait que ses parents s'y rendaient plus souvent avec leur fille lorsqu'elle était plus jeune. Vu le compte bancaire de la famille, le père McLeighton se permettait quelques folies en jouant au poker. Eva était juste à côté, tentant de comprendre les règles. Mais en grandissant, elle apprit très vite, et en devenait vite une bonne joueuse. Le bluff, c'est son dada, juste pour le jeu. Mais là, avec les études, c'était un peu just de se rendre dans la ville des machines à sous juste pour un week-end.

"A Vegas ?" s'exclama-t-elle, intéressée. "Ton, ou tes casinos portent un nom en particulier ? Je m'étais d'jà rendue à Vegas, mais quand j'étais un peu plus jeune, with my parents. La passion du jeu, c'est héréditaire, mais toujours avec modération" ajouta-t-elle avec un clin d'œil.

Le regard d'Eva s'illumina, un grand sourire aux lèvres. Elle paraissait quand même un stupide à tenir son parapluie à deux mains, et de le regarder constamment. Parce qu'il y avait une voiture ?

"C'est quand même dingue tout ça. Le premier sur qui je tombe, et ben ... Enfin voilà, tu me comprends ! Il a vraiment fallu qu'un futur proprio de casino bloque le passage à une future proprioE [bah oui, c'est une fille....] d'hôtels. J'espère que tu fais pas toutes tes rencontres comme ça..."

Illumination. Pouf ! Rien qu'en pensant à ce qu'elle allait dire, elle riait déjà. Oh, mais ça n'avait rien de bien méchant. Il la taquinait, alors elle aussi. Comme si elle allait se gêner !

"... parce sinon, j'ose pas imaginer le nombre de râteaux que tu aurais pu te prendre."

Elle se doutait bien que ce qu'elle disait, à titre de moquerie, n'était pas bien vrai. Il n'est pas très commun pour un homme, de scruter toute la journée dans un building, pour, lorsque l'occasion est là, faire un immense bouchon devant un groupe de nanas écervelées, pour faire style qu'il ne faisait pas exprès. Du moins, Eva ne voyait pas Maxime comme ça. Ce dernier lui adressa une nouvelle fois la parole, pour montrer sa voiture. Elle lui avait déjà dit qu'elle était nulle pour qualifier une voiture. Alors elle n'allait porter aucun jugement, par le biais de la 'tuture, sur son propriétaire. Par intérêt, elle y jeta quand même un bref coup d'oeil.

"La jugeotte, sur les voitures, j't'ai d'jà dit que c'est pas mon truc. Ni le contenu du porte-monnaie, s'tu préfères. J'fais ça par ...." Elle leva les yeux au ciel "... conviction, j'ai grandi comme ça, mais j'avoue que j'aime beaucoup ta voiture" finit-elle par dire, souriante.

Puis, elle ajouta un dernier, un seul. Et pourtant qui est très significatif pour tous les businessman [ou girl, s'il vous plaît] du monde entier. Qu'ils [ou elles] viennent de Tokyo, Paris, Londres, Buenos Aire ou Moscou, ils comprenaient tous ce mot, accompagné du geste adéquat. Mais Eva ne le faisait pas juste pour but commercial et financier, mais, par le biais d'une certaine amitié. Elle se voyait très mal tirer la tronche à celui qui se trouvait en face d'elle. Elle tendit sa main devant lui, et dit alors, un sourire au bout des lèvres.

"Associés ?"
Revenir en haut Aller en bas
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 29
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Dim 17 Jan - 7:31


Le rire de la jeune femme résonnait à ses oreilles comme une douce mélodie… L’une de ses mélodies préférées : Le rire d’une demoiselle. Cela lui suffisait, parfois. Parfois, c’était tout ce qu’il cherchait. Le rire. Ou même le sourire, dans certains cas. Un simple sourire… Il était comme ça, le Maxou. Fallait pas croire, il avait quand même un côté sensible, finalement… - certes, il s’arrête là, le côté sensible, mais il faut pas trop en demander, non plus… ahem -. Et alors qu’elle riait, à pleins poumons, un sourire vint s’accrocher sur les lèvres du jeune gentleman, qui ne la quittait toujours pas des yeux. Finalement, il n’était pas sûr de ne pas vouloir d’elle sur sa liste de potentielles conquêtes.

Surtout qu’elle semblait impressionnée par ce qu’il venait de dire. Vegas, oui, Vegas. Les casinos, le strip, les bars, et autres boîtes ouvertes 24h/24... Sin City elle-même… Rien que ça. Et alors qu’elle poursuivit, posant des questions auxquelles elle ne lui laissait pas le temps de répondre, il l’observait, toujours amusé. En général, sa ville de naissance faisait effet, oui. Mais pas sur ce genre de personne… Drôle de phénomène qu’il avait en face de lui - et oui, c’est lui qui dit ça, tout à fait… u.u Phénomène qui lui adressait d’ailleurs un clin d’œil, après lui avoir confié son penchant pour le jeu… Ah ça ! Elle ne pouvait pas tomber mieux !

- Le Ford’em, sur le Strip. Tu peux pas le rater, c’est le casino le plus en vogue de ces dix dernières années. Ou cinq, je sais plus… Bref, les « anciens » pâlissent rien qu’à entendre son nom. Faut dire que mon père sait ce qu’il fait, et j’ai déjà plus ou moins les ficelles du métier bien ancrées, me manquent plus que les diplômes… Préviens-moi, si tu passes dans le coin. Je saurais t’avoir une belle suite, et notre meilleure hôtesse.

Charmante, d’ailleurs, l’hôtesse. Mais ça, il n’avait pas besoin de le préciser. Ce qui attirait les clients, chez les hôtesses, n’étaient pas leurs atouts physiques - bien que souvent très avantageux -, mais plutôt leur efficacité à leur trouver la meilleure table de jeu, les meilleurs plans, et tout ce que l’on souhaite, quand on va à Vegas. Bref, son hôtesse, à lui, était la meilleure, parmi les meilleures. C’était lui qui l’avait convaincue de rester chez eux, personnellement… A sa façon, bien sûr, mais peu importe la méthode, tant que le résultat est là. Et ce n’était certainement pas miss McLeighton, businesswoman en puissance, qui allait le contredire sur ce point. N’est-ce pas ?

Hum… Non. Elle était bien trop occupée à le… taquiner ? C’était bien ça, hein ? Tout comme lui l’avait fait, un peu plus tôt. Elle lui rendait la monnaie de sa pièce, et avec tellement de classe… Soooo charming ! A son tour, il rit, nullement vexé par sa remarque. Après tout, Maxime Rutherford ignorait tout de la notion de rateau… Hum… Pas crédible ? Oui, j’avoue. Ca arrivait, de temps en temps. Mais c’était assez rare, il fallait l’avouer. Et, très honnêtement, ce n’était pas le genre de choses qu’il s’amusait à compter. Mais juste pour la forme - et pour maintenir la légèreté de la conversation -, il lui répondait :

- Non, c’est vrai, t’imagines pas à quel point je suis doué en jardinage…

Ah ah. Comment ça, c’était pas drôle ? C’était pas justement ça, qui faisait son charme ? Non ? Bon… Tant pis.

- Mais c’est vrai, t’as de la chance… T’aurais pu tomber sur un dingue, qui aurait fait exprès de te coincer à la sortie du centre commercial, en prétextant ne pas t’avoir vue… Et ensuite, il t’emmènerait à sa voiture, de façon tout à fait innocente, et t’aurait embarquée avec lui, sans même que tu ne t’en rendes compte…

En même temps qu’il parlait, le toit pliable de la décapotable s’était refermé, et les paquets de la jeune femme s’étaient retrouvés sur le siège arrière du véhicule. A son tour, elle parlait, lui répétant qu’elle n’y connaissait rien, aux voitures. Et pourtant… Il était certain qu’elle ne lui aurait pas montré autant d’intérêt s’il avait eu une Twingo turquoise. Quoique… L’effet Maxou pouvait aussi faire pas mal de dégâts, quand il s’y mettait. C’était un virus assez efficace, il fallait le dire, mais absolument pas contrôlable. Pauvre petit…

Et alors qu’elle finit par ajouter un dernier mot, un seul, mais si évocateur de l’entente, et l’aisance naturelle qui s’était si rapidement installée entre eux, il baissa les yeux vers cette main tendue vers lui, puis les releva, pour croiser les deux prunelles qui l’observait avec attention. Il n’hésitait pas, non. Il… hum… profitait juste de ce moment, assez solennel, il fallait dire. Ce qu’il y avait de solennel, là-dedans ? Il s’apprêtait à faire un pacte, avec cette demoiselle… Et Dieu - s’il existe… quelque part - sait que les pactes, avec Max, sont quasiment… hum… inexistants. En général…

- Avec plaisir.

Oui oui, il la saisit, cette main tendue vers lui. Et la serra, sans la quitter du regard. Lui aussi, souriait. Et, sans lui lâcher la main, il ne manqua pas de poursuivre :

- Une petite ballade, pour sceller cette association ?
Revenir en haut Aller en bas
Eva G. McLeighton

avatar

Féminin
● INSCRIPTION : 28/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 325
● CÔTÉ COEUR : No one ...
● ÂGE : 26
● PHRASE DU JOUR : diamonds are the girl's best friend
● STAR SUR L'AVATAR : : Amy Adams
● DISPO POUR UN TOPIC? : *-Yeah !

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Have FuN !

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Dim 17 Jan - 15:38

Même si les taquineries recouvraient la quasi totalité de leur conversation, Eva se mettait à beaucoup apprécier Maxime. Elle ne connait pas tout de lui, et de loin, pas son parfum, ni sa musique préféré, mais quoi qu'il aime, elle, elle l'adorait. Je sais, ça fait un peu "vite-fait", de dire ça, alors qu'ils ne se parlent que depuis quelques dizaines de minutes. Mais, parfois, on a ce genre de petit click dans notre tête, quand on voit le visage de quelqu'un d'autre, et qui te dit que celui là, tu peux lui faire confiance, et que celui là, tu ne peux pas. C'est comme un coup de foudre, mais au point de vue amical. Eva n'aurait jamais pensé que ça puisse arriver ici, et aussi vite. C'était comme si elle prenait le TGV, et qu'avant même d'être arrivée, elle sautait du wagon, et elle tombait sur quelqu'un de bien gentil. Impression étrange, certes, mais agréable. Ce fut comme pour elle, un soulagement, de connaître enfin quelqu'un dans cette fourmilière infernale. A Miami, tu connais tes amis depuis ta plus tendre enfance, grâce aux liens qu'ont élaboré les parents et les tantiches. Ici, à Brown, la jeune femme devait se débrouiller, mais c'est pas comme si elle fonçait droit dans le mur les yeux bandés. Dans la ville du Soleil, elle ne s'arrêtait pas aux bimbos et aux gigolos [qui pouvaient d'ailleurs être sympathiques] multimilliardaires [autant mettre la barre bien haute]. Sinon, les relations se limitaient considérablement, et c'était bien dommage de passer à côté de certains "cas".

De plus, ce fut comme un soulagement qu'il lui serra la main. Elle en fut on ne peut plus ravi. Et y'a pas intérêt que certaines personnes aillent croire qu'il fait un pacte avec le diable, non mais [quoi que...]. C'était toujours significatif et indispensable de se serrer la main en public, un peu comme Sarkozy et Obama, mais à plus petite échelle. Aussi, ce fut le premier contact physique avec Maxime. Quoi ? Les joues rouges ? Vous délirez ! C'est son blush, bande de coyotes écervelés ! Pour changer les bonnes habitudes, Max' avait les mains inexorablement plus chaudes que celles d'Eva, et ça vous étonne encore ? Le sourire de cette dernière fut on ne peut plus ravi et enchanté. Tombé pile poil, sur THE men of THE business, si c'est pas de la chance, ça !

On lui proposa d'aller faire un tour avec lui. Eva n'y pas grand intérêt, mais il n'empêche que l'idée lui plaisait. Sans affirmer sa réponse à haute voix, elle hocha joyeusement la tête, et lâcha enfin l'étreinte. L'étudiante regarda Maxime, sans que le temps ne passe vraiment, tenant toujours son parapluie, et dit alors :

" Au moins, je sais quelle destination je vais choisir pour mes prochaines vacances, on verra si ton casino chéri m'est familier. Et ce serait bien gentil de me réserver une si belle suite, je retiens, j'te le rappellerai au moment voulu. Tu seras là, au moins ?" fit-elle avec un clin d'œil.

Puis soudain, elle repensa à ce qu'il avait dit avant, comme quoi un gros pervers l'aurait embarqué, c'était pas ça l'idée. Bon OK, parfois, Eva n'a pas les idées suffisamment claires pour voir où elle va, mais elle n'est quand même pas aussi stupide qu'il n'y paraît ! Tout de suite, l'exagération ... Ralala !! Sur ces mots, elle continua l'histoire, version Vava Power, bien qu'elle ait un petit train de retard.

"Et avant même qu'il ne m'ouvre la porte côté passager pour que j'y rentre, je le regarderai en face, et je lui dirai à quel point il peut être con, et je lui ferai regretter ses idées malsaines. Je suis pas télépathe, mais je suis pas si bête que ça, figure-toi " dit-elle, rieuse. "BECAUSE ! I've got my umbrella ! [Oh ! It's raining today, where is my umbrella ?]. Je te promets, que donner un bon coup avec sur un endroit très peu plaisant pour la joute masculine, ça te fait un aller simple et gratuit pour les urgences. Et en plus, on peut placer ça sur la légitime défense. Je prendrai ses papiers, avec la police, ou le FBI -c'est beaucoup plus classe !-, on regarderait ensemble, gentiment son casier, et on l'envoie en taule, et on griffonnera dessus si son joli petit casier est aussi vierge que ma tante." finit-elle, fière de sa conclusion.

Oui, on pouvait dire qu'elle s'était lâchée, mais elle voulait un peu montrer qu'elle n'était pas trop du genre à se laisser faire, quand elle voulait. Enfin, elle n'avait pas évoqué ni sa rancune, ni sa susceptibilité, mais sa façon de pourrir la vie des autres. Adorable, n'est-ce pas ? En plaisantant, elle ajouta.

"Tu veux qu'on essaie ensemble ?"

Elle riait de bon coeur, et espérait qu'il misait aussi ça sur la plaisanterie.

"Excuse moi, j'veux pas te choquer, hein ! Mais ça m'est arrivé une fois, mais rassure-toi, j'ai une aide masculine précieuse. Comme si j'arrivais à mettre KO !"

Avant qu'ils n'embarquent, Eva demanda encore une chose :

"Et toi, parle-moi aussi de toi. De ta vie ici, de tes amis, petite amie si t'en as une... Ou peut-être que tu es de l'autre bord ?"
<
Revenir en haut Aller en bas
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 29
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   Ven 12 Fév - 23:13


Elle avait accepté. Pas que ça l’ait surpris, mais ça faisait toujours plaisir, de se dire qu’elle était intéressée par une ballade en sa compagnie. Pour… Continuer à discuter, et continuer à en apprendre plus l’un sur l’autre, puisqu’ils semblaient si bien s’entendre… Un coup de foudre amical, tout à fait, c’était exactement ça. Et ça lui plaisait, vraiment. Parce que malgré tout, ça n’était pas tous les jours qu’il rencontrait un phénomène qui était capable de l’amuser autant que lui-même pouvait amuser les autres. Il fallait vraiment y aller, pour arriver à sa hauteur. Et visiblement, cette miss McLeighton, elle n’avait pas peur d’y aller. Tant mieux, en même temps, sinon leur échange aurait été beaucoup moins agréable.

Elle enchaîna, annonçant qu’elle passerait ses prochaines vacances à Vegas, dans son casino… Si c’était pas mignon ! Il acquiesça avec enthousiasme, sans se départir de son habituel sourire. Et alors qu’elle s’assurait de sa présence lors de ce futur séjour, il s’imaginait déjà, lui faisant découvrir les différentes tables de jeux, ou visiter les meilleurs coins de l’hôtel : piscine, salon de massage, restaurants de luxe… Sans parler de tout ce qu’il y avait autour, en dehors de l’hôtel. Un tout autre monde, qui avait de quoi émerveiller même les yeux les plus aigris. Aucun doute que ça lui plairait, et qu’elle serait même conquise… Une cliente fidèle, et associée de choix, c’est papa qui serait fier de lui !

- Evidemment que je serai là, je raterais ça pour rien au monde ! Et tu regretteras pas le déplacement, j’peux te l’assurer…

A son tour, il lui adressa un clin d’œil discret, puis lui emboîta le pas, faisant le tour de la voiture pour atteindre le côté passager. Tant qu’à faire, il serait gentleman jusqu’au bout… Après tout, ça lui coûtait quoi, de se montrer agréable ? Il n’avait cependant pas eu le temps d’ouvrir la portière, que la jeune femme reprenait la petite histoire qu’il avait commencée, et dans laquelle elle se faisait enlever par un psychopathe fou furieux… Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette suite était particulièrement… intéressante. Il ne disait rien, mais n’en pensait pas moins : Elle n’y allait pas de main morte, avec les psychopathes ! C’est qu’il le plaindrait presque, le pauvre… Presque, parce qu’en même temps, la petite prestation de la jeune femme avait eu le don de l’amuser, à un tel point qu’il ne savait plus s’il fallait rire, ou garder son sérieux… Cruel dilemme, pour cette pauvre âme torturée…

Sa conclusion était, elle aussi, tout à fait intéressante. Cette information sur sa tante, en particulier, l’avait arrêté un instant, lors de ces multiples hochements de tête qu’il avait exécuté, depuis qu’elle parlait. Il avait hoché, hoché, hoché, et puis… stop. Le casier aussi vierge que la tante. Cette Eva avait, décidément, une façon de parler très… imagée, et très… intéressante, c’était vraiment le mot. Et alors qu’il avait cessé de hocher la tête bêtement, ne sachant pas quoi répondre - et surtout, n’en ayant pas le temps, puisqu’elle monopolisait la conversation -, elle proposa d’essayer ensemble. Et, là non plus, il n’avait pas répondu, la fixant d’un air perplexe. Pourtant, il savait qu’elle plaisantait. Si si, il le savait, mais… Il commençait presque à se dire qu’elle était peut-être plus forte que lui, finalement, à ce jeu. Peut-être… C’est que ça le vexerait, presque !

Elle s’excusait, et ne voulait pas le choquer. Première nouvelle… A nouveau, il eut un léger rire, en écoutant la suite de ses propos. Non, il n’était pas choqué. Réellement, il était… Amusé. Vraiment. Et il restait silencieux, alors qu’il lui ouvrait - enfin ! - la portière de la voiture. Une fille qui avait réussi à le faire taire, c’était une grande première ! Il ne reprit la parole que quand elle l’y invita, l’encourageant à parler de sa vie, ses amis, petite amie - ahem -, allant même jusqu’à lui demander s’il était de l’autre bord. Ce à quoi il ne réagit pas tout de suite, même s’il n’avait rien fait pour masquer son étonnement, à ces mots.

- Moi ? Euhh… Qu’est-ce que je pourrais te dire ? J’vais à Brown, mais tu dois t’en douter puisque c’est la seule fac de la ville. Gestion & Management, comme toi, et un peu d’info aussi, à l’occasion… Enfin rien de très passionnant, de ce côté-là. T’aimes les fêtes ? Si tu veux, je pourrais te faire entrer aux meilleures de la ville, il paraît que j’suis de bonne compagnie.

Ou en tout cas, c’était ce que disaient les rumeurs. Et tout le monde sait que dans toute rumeur, réside une part de vérité. D’ailleurs, ça n’était pas pour rien qu’il avait autant d’amies filles dans ses relations - amies qui étaient, pour la plupart, passées dans son lit, mais on évitera de le préciser, hein… Et maintenant, parlons de petite amie, mister Rutherford… Je sais que tu adores ce sujet de conversation !

- Pas en ce moment, pour la petite amie… J’suis assez libre, en fait… Enfin, tu vois… ? Bref… Mais c’est bien des filles avec qui je sors, ça, j’en suis sûr… … … J’ai l’air d’être gay ?

Cette dernière phrase avait été prononcée sans aucune animosité, ni aucun ressentiment d’aucune sorte. Disons qu’il s’informait, tout simplement…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ The Key of Business [Maxime   

Revenir en haut Aller en bas
 

[ The Key of Business [Maxime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» Maxime '' Le Québecois'' Hébert
» Présentation de la Ligue-1-foot-business-couleur-orange
» Maxime à l'hôpital
» Maxime Mills [Gryffy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[PROVIDENCE] :: Providence :: le coeur de la ville :: centre commercial-