AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Come Together [PV-Denise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Come Together [PV-Denise]   Mar 29 Déc - 14:57


• Come Together•.

    Nash avait prit place dans la large banquette en cuir que lui offrait le chauffeur et attendit patiemment qu'il veuille bien faire claquer la portière, s'installe au volent, et lui vole enfin la dernière image qui l'a reliait avec son monde à elle, la gare d'où elle était sortie quelques minutes plus tôt. C'est donc avec une grande appréhension et une certaine mélancolie presque palpable qu'elle vit bientôt la station disparaitre à l'horizon. Elle apprécia le silence du chauffeur, qui lui permet de remettre toutes ses idées en place, et de tenter de regagner un peu de contenance.On aurait dit une gamine qui partait en colo pour la première fois! Elle n'allait pas à l'abattoir quand même! C'était son choix après tout... Enfin, suggéré en partie par sa mère qui l'avait au fur et à mesure des années poussée vers la sortie pour reconstruire sa vie de couple avec un vieillard friqué jusqu'à la moelle... Elle ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. En plus de ne pas avoir été une enfant désirée, voilà qu'elle s'était fait éjectée une deuxième fois par celle qui l'avait mis au monde... Comment pouvait-elle être très sociable après tout ça! Elle posa son coude sur l'intérieur de la portière et prit son menton entre ses fins doigts avec délicatesse. Lorsqu'elle était anxieuse, elle entreprenait toujours de se remémorer des points de sa vie encore plus triste, comme si cela allait lui permettre de relativiser...
    ° Il faudrait que je change de technique... C'est une catastrophe de se pomper le moral soit-même... °
    Alors qu'elle pensait s'être collée des idées noires pour la journée, un fin rayon de soleil transperça la vitre et vint la percuter au visage, inondant ses yeux comme une immense claque. Elle mit sa paume en visière et étudia avec surprise le paysage qui se modifiait déjà. Les bâtisses se dotaient au fut et à mesure de leur avancée d'une architecture superbe, dont elle nota les moindres détails, espérant pouvoir les reproduire sur son carnet de dessin, le ciel scintillait d'un flou bleuté dont elle n'avait jamais vu pareille couleur, et le soleil, immense, étalait sa lumière bienfaitrice avec douceur, et non dans la sécheresse et la chaleur épouvantable qu'elle avait connu à Esperance. Elle se surprit à penser que par un si beau jour, rien de mauvais ne pouvait finalement lui arriver.. ° Peut-être que finalement Providence veut bien m'accueillir... °
    Plongée dans ses pensées, elle ne vit pas le campus gigantesque qui apparaissait à sa droite. Ce ne fut que lorsque le chauffeur entreprit de ralentir devant les dodannes qui s'accumulaient qu'elle arracha sa peau au soleil qui lui réchauffait le visage depuis une dizaine de minutes. Elle ouvrit les yeux, se cramponna à sa ceinture selon les bonds du véhicule et posa un regard timide, presque apeuré sur les bâtiments. Elle trouva l'architecture simple, et belle. Un coin qui souhaitait avant tout dégager une atmosphère sereine, de calme et de travail. Elle se demanda si par hasard l'intérieur reflétait cette même image...

    Le taxi finit sa course et se gara de travers, avec une certaine nonchalance sur le parking de l'entrée, elle resta plantée là, sur sa banquette de cuir, sans oser esquisser un geste pendant quelques secondes, et le conducteur crut qu'elle attendait qu'on lui ouvre la portière. Ce qu'il fit sans ménagement, après tout, les gamins qui arrivaient tous les jours dans le coin avaient pour certains des habitudes de petits princes... Elle sentit le vent frais s'engouffrer dans le véhicule et quelques mèches folles vinrent lui chatouiller le visage. Elle prit une grande inspiration et descendit, avant de se retrouver tirée en arrière par la ceinture qui lui enserrait toujours le ventre...
    Elle finit enfin par s'extirper de la voiture et l'homme lui remit sa valide, déclenchant la poignée comme un vrai gentleman avant de lui annoncer le prix de la visite. Elle ne put s'empêcher d'écarquiller des yeux ébahis. Elle ouvrit son porte-monnaie, retirant chaque billet avec une douleur apparente, comme si on lui plantait chaque fois un couteau dans le cœur. Qu'est-ce que c'était que cette course hors de prix! Il aurait put lui payer du champagne, des petits fours et quelques cocktails pour ce prix là! Elle faillit lui rétorquer que le prix de l'essence et la crise réunie n'était pas à la hauteur d'une telle hausse de prix, mais ne préféra pas, par une si belle journée, l'a débuter en étant sarcastique. Elle le vit s'éloigner, songeant à ce métier qui devait être mieux payé que celui auquel elle aspirait en venant ici...
    Une fois seule, elle fut finalement plus à l'aise. Elle mit une paire de soleil sur son nez, une imitation de rayban aux vers colorés en marron clair, un objet qu'elle ne pouvait encore une fois pas se payer, et monta ses cheveux en un large chignon négligé, comme il lui chatouillait toujours le visage. Elle s'avança vers l'accueil administratif et poussa les lourdes portes. Or, il n'y avait personne. Elle soupira et posa un doigt sur une affiche, scrutant les horreurs, et découvrant sans surprise qu'en cette fin de matinée, ces aimables fonctionnaires disposaient de deux heures de déjeuner. Nash eut brusquement envie d'être très sarcastique avec ces employés... Elle prit la sortie et marcha sans réel but, finissant par atterrir dans un parc, aux senteurs diverses et agréables, sous un soleil de plus en plus ardent, mais qui lui paraissait si doux comparé à celui qu'elle connaissait de sa terre natale...

    Elle commençait à croire qu'elle était seule au monde, quand un bruit strident lui arracha un petit cri. Elle tourna immédiatement la tête, et vit une balançoire, qui grinçait poussée par la brise... Elle porta la main à son front, honteuse, et alla rapidement s'asseoir sur celle-ci. Sur la terre de son père, autour de son ranch, il y avait des balançoires un peu partout, même une au bord d'un lac. Elle se souvenait s'être balancée à des hauteurs vertigineuses avant de sauter en un plongeon maladroit dans les eaux glacées.
    ° Tu divagues ma pauvre, comme toujours... °
    Elle leva brusquement le menton, se rendant compte que quelqu'un venait dans sa direction. Elle ne put s'empêcher de réprimer un soupir de soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Come Together [PV-Denise]   Sam 2 Jan - 23:55

    Depuis quelques moi déjà, Denise n’avait pas foulé le sol de Brown et malgré l’événement funeste qui l’en avait séparé, elle n’était pas mécontente d’avoir pris du recul et de s’être vidé la tête de tous les problèmes rencontrés par la passé à l’université. Les relations amoureuses chaotiques, les mensonges, les railleries et trahisons faisaient maintenant partis du passé à son plus grand plaisir. La vie était cependant moins simple à cause de la mort de sa mère mais ce retour lui donnait l’impression d’un nouveau départ surtout quand la plupart de ses anciennes connaissances avaient disparues et changées d’université. Maintenant, elle était de retour et comptait bien oublier ses anciens états d’âmes pour commencer une nouvelle vie plus saine et plus simple.

    Denise était arrivée la veille au soir et avait repris son ancienne chambre, toujours vacantes, dans la Marcy House, maison de sa confrérie. Elle avait été accueillie chaleureusement même si au final, elle connaissait assez peu ceux qui vivaient sous le même toit qu’elle. Certains galants l’avaient aidés à monter ses valises bien moins pleine qu’à l’habitude et l’avaient laissés seule, le temps de se réadapter à son environnement et de re-décorer sa chambre à son goût. Elle ne s’attarda pas longtemps et préféra aller se coucher tôt, exténuée par le voyage en avion qu’elle avait du faire dans la journée. Nostalgique des moments passés à cet endroit et qui faisaient maintenant parti du passé, elle ne put s’empêcher de retenir sa tristesse et versa quelques larmes en pensant à celle qui venait de la quitter.

    Quelques heures plus tard, elle fut réveillée par la sonnerie pas vraiment agréable de son portable sur les coups de 10h. Comme elle s’en doutait, il ne s’agissait pas d’une connaissance mais de l’administration de l’université qui allait avoir besoin d’elle pour remplir de nouveaux papiers. Après tout, Denise avait manqué pas mal de cours et d‘examens et elle n’allait pas pouvoir remettre les pieds à la fac comme si rien ne s’était passé. Elle se leva donc, ayant oublié les larmes de la veille, pas forcément de bonne humeur mais prête à tout remettre en place dans sa vie. Elle s’empressa d’aller prendre une douche bien chaude comme elle les aime et après une bonne heure, elle sortit enfin de la salle de bain n’ayant besoin que d’une tenue adaptée à cette journée. Elle opta finalement pour une tenue très simple et passe-partout qui la mettait en valeur elle, autant que sa crédibilité. Elle descendit au rez-de-chaussée de Marcy House et prit tranquillement un café, seule dans la maison semblait-il avant de récupérer des papiers importants et de partir en direction de l’administration de l’université.

    Une fois sur place, elle eut la mauvaise surprise de voir qu’elle était en retard et qu’en plus, le secrétariat prenait « exceptionnellement » une pause déjeuner assez confortables. Légèrement irritée, elle sortit donc et s’arrêta un moment se demandant du coup comment elle allait occuper ce temps. Elle marcha un peu dans les jardins et remarqua cette fille blonde qui, accaparée par ses valises, venait de vivre la même situation que Denise. Alors qu’elle était là, à attendre patiemment sur la vieille balançoire du jardin. La sentant un peu perdue, elle s’approcha d’elle lentement.

    « Salut, je vois que tu as eu la même mauvaise surprise que moi ! »
    Denise lui sourit en lançant un regard vers l’entrée de l’administration qui une fois encore plombait la journée de plusieurs étudiants à cause d’une organisation si peu efficace …
    « Je m’appelle Denise, je suppose que tu es nouvelle même si je suis sûre de ne pas connaître toutes les nouvelles têtes ! Et si j’étais toi, je ne resterais pas sur la balançoire, elle est assez vieille et pas très solide paraît-il ! »
Revenir en haut Aller en bas
 

Come Together [PV-Denise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un écrivain quebecois s'en prend à Michaëlle Jean
» hommage à michel Corringe.
» Nikita - Maggie Q
» Grande victoire parlementaire de l'equippe Martelly: Declaration... Gousse...
» Les indesirables apres la chute de Papa Doc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[PROVIDENCE] :: zone hors jeu :: archives-