AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Drive Inn at night [private Jackson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Drive Inn at night [private Jackson]   Dim 17 Jan - 3:12


    Ma passion dévorante? Le cinéma, que ce soit les vieux films ou un starting block plus récent, depuis longtemps j'aime bercer dans ce milieu. Je ne rate jamais une première, c'est un point d'honneur. Je veux plus tard devenir réalisatrice de longs métrages, là ou d'autres jeunes filles, jolies, blondes, souriantes comme moi veulent devenir actrices moi je veux voir ce qui se passe de l'autre côté des caméras. C'est pour ça que j'ai choisi ces études et je me targue de les suivres assiduement. Nous sommes vendredi soir et c'est le soir du Drive Inn, cinéma en plein air. On y passe toujours de vieux films des années 60-70 voir 80 ce n'est pas la tasse de thé des jeunes de mon âge alors je ne vous dit pas mon étonnement de me trouver un accompagnateur pour la soirée. C'est un footballeur de l'équipe, il m'a gentillement proposé de venir me chercher ce soir pour m'emmener voir le film.


    Ce que je suis naive, j'aurais dû me douter que ma passion était accessible à qui cherchais un peu à se renseigner sur la capitaine des pompom girl de Brown. Je n'ai juste rien vu venir, un plan drague voilà tout ce que désirait vraiment ce gars-là. Il devait être aux alentours de 20h45 quand garé dans les premiers rangs, le film débuta. Mon éternel et incontournable paquet de pop corn sur les genoux, un grand gobelet de Pepsi Cola King size sur le plateau posé sur la portière. Quand les gens m'observait parfois, toujours une sucette, un bonbon, une douceur, du sucré tout simplement, ils devaient vraiment se demander où je mettais tout ce que je mange. Pas un gramme de trop, une ligne incroyable, aucune cellulite. S'ils me demandaient, je leur répondrais, la joie de la génétique tout simplement. Je tiens ça de ma maman, je peux manger ce que bon me semble sans devoir faire gaffe à ce que je mange.


    Je suis à fond dans mon film, oui je ne suis pas venue pour taper la discussion au lieu de regarder l'écran, ou alors comme certains petits couples pour se peloter dans le noir. Pathétique, non pas tellement sans doute que si j'avais eu un petit copain, je lui aurait fais quelques bisous mais tout compte fait j'aurai quand-même été absorbée par le film. De puis un moment d'ailleurs, je sens ces doigts chipoter une mèche de mes cheveux, moi j'agite la main comme pour chasser un vulgaire moustique, il me dérange, ça me dérange. Puis c'est un bisou sur l'oreille, je tourne mon regard vers lui et si mes yeux avaient pû être des révolvers il serait mort sur place. Enfin une accalmie, il me laisse enfin tranquille, quel répis pour moi. Mais de courte durée, voilà que sa main vient s'égarer sur ma cuisse, je n'y crois pas, je lui tape sur les doigts.


    Pas touche, fiche-moi la paix bong sang!


    Je reprend ma contemplation, fourrant deux trois pépite de pop corn dans ma bouche. J'entend bien que ca l'exaspère mais pour qui me prend-t'il? Une marie couches-toi là, il risque d'être décu le pauvre petit, je ne mange pas de ce pain là. Mais voilà que l'intenable mec qu'il est se jette sur moi et me vole un baiser! La réaction de ma part fut si rapide qu'on entendit juste un énorme claquement retentissant. Il venait de se prendre mes cinq petits doigts dans la tronche, on voyait encore les marques sur sa joue. Il ne s'arrêta pas là, en colère par cette humiliation, le voilà qui revient à la charge. Ni une ni deux je saisis mon Pepsi Cola et je le renverse sur son pantalon, voilà qui devrait calmer ses ardeurs à ce pervers. Je descend de la voiture, il essaie de me hâper mon bras, mais j'arrive à lui échapper de justesse et la portière claque, brisant le son du film un bref instant.


    Fulminante de rage, interrompu dans mon film et n'en revenant pas que les gars ne pensent vraiment qu'à ça, je déambule rapidement entre les voitures. Je sais qu'il me suit, j'entend le bruit de sa course effreinée pour me mettre la main dessus, alors je me cache accroupie derrière une Impala. Il s'éloigne, dans l'impressement je n'ai pas reconnu la voiture pourtant je l'ai déjà vue. Doucement je longe le coté droit de la voiture et par curiosité je regarde par la vitre. Oh quel spectacle, un sourire se dessine sur mon visage. Dans l'impala un gars est endormi, la bouche grande ouverte et la tête renversée en arrière. Je connais ce visage c'est Jackson Coolidge. J'entend des bruits de pas se rapprochant, pour éviter de retomber sur le pervers, je me décide à ouvrir la portière de l'Impala et en catimini je me glisse sur le siège avant passager. L'ombre s'éloigne alors, je suis toujours assise et j'entend les ronflements de Jackson. Il ne manquerait plus que la bave ne lui coule le long du menton pour que j'éclate de rire. D'un coup bref mais sec, je referme la portière qui claque assez fort, faisant sursauter le beau brun rêveur à mes cotés...C'est avec un sourire confus que je le regarde tourner la tête vers moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Drive Inn at night [private Jackson]   Lun 18 Jan - 13:50

      Heaven
      &
      Jackson




Absorbé sur le contenu de son sac de sport, Jackson ne prêtait plus aucune attention à ce qui se trouvait autour de lui. Autour de lui, ses coéquipiers s’affairaient de manière maussade pour le match qui allait se dérouler dans une vingtaine de minutes. Même l’entraineur, d’ordinaire sévère et poussif se révélait bien calme, trop calme même pour que tout ceci ne soit vrai. Revêtant son ensemble de joueur de football, casque sous le bras, Jackson sortit une toute dernière fois l’anneau enserrant la chaine autour de son cou, avant de suivre les autres joueurs au pas de course. Dans le couloir du stadium, le son des crampons sous leurs chaussures de sports résonnait comme un chant de guerre, couvrant à peine la cohue qui se trouvait au dehors.
Trop rapidement pour que ce soit vrai, Jackson s’était retrouvé en un rien de temps sur l’herbe fraiche du terrain. Son casque était apparu sur sa tête comme si tout ceci était prémédité de longue date. Son regard scruta son banc de touche, ou les joueurs secondaires attendaient patiemment mais avec engouement, le remplacement d’un cadre de l’équipe. Au bord du terrain, toujours le paisible coach, décidemment convaincu par la divine puissance de ne pas hurler sur ses joueurs. Et pourtant, son visage était abattu, touché par un mal inconnu du sportif. Un peu plus loin, Jackson aperçu les divines créatures, fidèle au poste, qui supportait comme d’habitude son équipe. Au centre, toujours la même petite blonde qui menait la danse. Petite, tout était relatif hein. Elle était petite dans son champ de vision, mais tout ceci n’était qu’une question de perspective. Bref à ses cotés, les habituels demoiselles au physique alléchant à qui rien ne pouvait résister. Un regard plus haut fit soupçonner Jackson sur un point, mais il ne saurait dire lequel. Ce stade n’était pas celui de Brown. Il n’était pas non plus celui d’une équipe adverse qu’il aurait déjà pu affronter. Avec une expression mêlant la joie et la crainte, le jeune homme se rendait compte qu’il allait jouer au Los Angeles Mémorial Coliseum. Le très célèbre stade où jouaient les professionnels de l’équipe de première division. C’était quoi ce bordel ?

Coup de sifflet retentissant, Jackson s’était retrouvé comme par enchantement sur la ligne arrière, à sa place de quaterback. Le meneur d’homme comme se plaisait à répéter son entraineur. Sauf que l’étudiant était pétrifié. Son regard s’était planté sur les joueurs de l’équipe adverse. Deux mètres et demi de haut, large comme deux armoires à glace. De véritable géant. Ce n’était pas tout car come pour ajouter un sens à ceci, la partie inférieure de leur corps était celle d’un cheval, tandis que la partie supérieure était celle d’un taureau. C’était une blague ? Des minotaures en tenus de footballeur se trouvaient devant l’équipe de simple étudiant de Jackson. Pour plus de logique, il faudra repasser. Mais n’ayant pas le temps de se pencher sur la question, qui d’ailleurs ne lui traversa même pas l’esprit, Jackson reçu le ballon dans les bras. Comme à son habitude, prenant de l’écart et cherchant à faire la bonne passe, on retrouvait le Jackson des grands jours. Il se sentait bien, malgré la scène grotesque. Pour lui, voir les joueurs minotaures lui foncer dessus était… normal ! Grotesque, grotesque et fou, c’était le cas de le dire. Le bon coté des choses, c’était que malgré la taille imposante des bêtes et leurs rages pour mettre hors d’état de nuire le pilier de l’équipe de Brown, celui-ci parvenait à éviter, à esquiver les attaques. Puis au bout d’une trentaine de seconde de jeu, Jackson arma sa passe sans voir que sur son flanc, l’un des minotaures fonçait tel un taureau sur le toréador. Mais le ballon fut lancé une seconde avant qu’un flash blanc envahit ce que voyait Jackson. Il venait d’être percuter par l’animal mythologique.

Autre scène, autre lieu, autre protagoniste mais toujours Jackson au centre d’attention. Ca devenait du n’importe quoi. Tout de blanche vêtue, la capitaine des cheerleaders, cette petite blonde précédemment citée, se trouvait face à lui. Marteau de la justice à la main, elle venait de réciter toutes les mauvaises actions que Jackson avait faite durant sa vie, de l’enfance jusqu’à ce jour précis ou il avait été percuté par une bêbête poilue à cornes pointues. C’était quoi son nom déjà ? Heavy ? Eve ? Evy ? Jackson n’en avait aucune idée. Tout ce qu’il savait, c’est qu’elle était son bourreau, son juge pour le passage au paradis ou aux enfers. La sanction tomba alors. Des lèvres de l’ange blond, les enfers seraient la punition éternelle au sportif. Débutant sa protestation, le jeune homme se défendit qu’il y avait pire que lui sur terre. Rien à faire, le sourire de psychopathe de la divine et jolie ange leva son marteau de la justice, qui s’abattit sur le socle de bois prévu à cet effet.

« Haaaa ! Faites pas ça, je suis quelqu’un de bien ! » Scanda Jackson, qui se réveilla en sursaut au son du claquement de marteau, ou plutôt de la portière de son Impala.

La gorge sèche, la nuque raide et douloureuse, Coolidge venait de sursauter sur le siège de sa voiture. Un rêve, tout ceci n’était qu’une stupide mais originale rêverie. Peu à peu, le jeune homme reprit conscience de l’endroit où il se trouvait. Les sièges en cuirs beige de sa vieille Impala, l’obscurité autour de lui, l’écran de cinéma ultra grande taille à bonne distance devant lui, une jolie blonde sur le siège passager… Une jolie blonde sur le siège passager ?
Deuxième sursaut et l’espace de moins d’une minute. S’il se rappelait parfaitement du reste, de sa venue au cinéma plein air de Providence au volant de son véhicule, Jackson n’avait pas souvenir d’avoir embarqué quelqu’un avec lui. Selon lui, un bon film est un film que l’on voit en solitaire, pour ne pas être déranger par un élément annexe et susceptible de gêner. C’est avec les sourcils froncés que Jackson posa son regard sur le visage souriant d’Heaven Silver. Pour être un hasard, c’en était un énorme. Présente dans son rêve dont il ne se souvenait désormais plus que de quelques brides, il avait une impression de déjà vu. Ce qui pouvait se comprendre parfaitement puisqu’il avait le loisir d’observer la pom-pom-girl lors de ses matchs. Et seule des questions lui traversaient l’esprit. La première était de savoir si elle était un ange. A la pensée de lui poser cette question, un sourire amusé s’esquissa aux coins des lèvres. Comprenez bien qu’il ne lui poserait surement pas la question. Mais comme pour imposer une rupture avec le rêve précédent, Jackson leva lentement sa main vers l’épaule d’Heaven, la pinçant légèrement mais suffisamment pour être certain qu’elle soit réelle.

« Je n’ai pas souvenir d’avoir invité qui que ce soit au cinéma. Tu peux m’expliquer pourquoi tu te trouves sur le siège passager de ma voiture ? » Demanda-t-il alors après s’être assuré que la belle blonde soit bel et bien là. « Ah, et désolé pour ça. » Ajouta Jackson en désignant l’épaule pincée, qui n’avait surement pas dû plaire à l’étudiante. Ou alors elle s’en amuserait au vue de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Drive Inn at night [private Jackson]   Jeu 21 Jan - 18:17


    Ma première réaction quand dans un semi-éveil, Jackson prit la parole fut de le regarder de façon étonnée. Je ne savais pas si sa phrase m'était ou non destinée mais peut-être me prenait-il pour une pick-poket venu dévaliser sa voiture pendant son sommeil. Bon je n'avais pas l'air d'une voleuse et j'avais encore moins l'air méchante. Je ne me posais pas plus de question, d'ailleurs je n'en eu pas le temps puisque à peine une seconde plus tard je sentis une douleur au niveau de mon bras. Instinctivement ma main se posa sur la zone douleureuse alors qu'un petit cri aigu s'échappait. Je me mis à frotter mon bras en faisant une grimace. Il venait de me pinçer ma parole ou alors je rêvais. NON. Moi j'étais parfaitement éveillée et même si je pouvais me poser la question, cette petit pinçette me prouvait le contraire.

    A le voir, je n'avais pas l'impression que Jackson soit du genre à oser pincer les filles, mais dans le fond, je ne le connaissais que très peu. Quelques paroles par-ci, par-là. Je ne m'étais donc forgé aucune opinion particulière à son insu. Mais voilà que tombait une question, question qui je l'avoue était complètement légitime de sa part. Après tout, je m'étais glissée dans sa voiture sans même demander son consentement, mais j'estimais ne pas avoir eu le choix. C'était l'air étonné et les questions de Jackson ou l'assurance qu'on me cherche durement misère pour la giffle et le Pepsi. De ces deux maux, le choix était vite fait et puis il n'avait pas l'air d'un mauvais gars.

    Et toi ca te prend souvent de pincer les filles? C'est ta façon à toi de dire hello?

    Je lui répondais par une autre question, mon regard se fit fuyant quelques secondes, cherchant quelque chose au dehors. Je m'assurais surtout que le gars avec qui j'avais eu rencart ne trainait pas dans les parages. Si Jackson me mettait dehors je serais dans de beaux draps et en prime je devrais rentrer toute seule dans le noir à pied. Je me repris donc très vite car en répondant ainsi c'est ce qui me pendait au nez.

    C'est pas grave...désolée d'être venu squatter ta voiture. En fait j'ai eu à parti avec mon rencart un peu trop, trop insistant et la giffle n'a pas dû beaucoup lui plaire.

    Mon explication donnée, je tentais un sourire. L'étape suivante était d'essayer d'obtenir de lui qu'il me raccompagne et c'était loin d'être gagné. Le soucis c'est que dans la hâte des évènements, j'avais oublié mon sac dans le voiture de ce crétin et dans mon sac il y avait mon fric et mon portable donc je n'avais aucuns moyens d'apeller Jade ou Abbey au secours pour qu'ils viennent me chercher et me raccompagne. J'étais vraiment pas fûtée, oublier mon sac, comment j'allais faire maintenant pour le récupérer. Je pensais qu'aller trouver le gars et lui demander gentillement de me rendre mon sac aurait été d'un mauvais effet, tans pis des sacs j'en avais d'autres et le portable je n'aurais qu'à demander à mon père de le remplacer. Je n'allais pas prendre de risques pour si peu et encore moins demander au jeune homme d'aller le récupérer à ma place. Déjà que je n'aurai pas dû me trouver ici, je n'allais pas l'incommoder encore plus en lui demandant de jouer les chevaliers servants. Je n'étais pas une profiteuse.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Drive Inn at night [private Jackson]   Ven 29 Jan - 23:04

Deux sortes de films pouvaient se vanter d’avoir un effet aussi dévastateur sur l’aficionado de cinéma qu’était Jackson Coolidge. Les films dont les acteurs n’avaient aucun charisme, ne laissant aucune accroche sur laquelle on pouvait se retrouver, s’identifier même, vis-à-vis du ou des personnages. Ces films sont rarement sur la liste que pouvait tenir le sportif et dieu seul sait qu’il n’avait aucune difficulté pour savoir à l’avance si un film lui plairait ou non. L’autre type de film, ce sont ceux qui vous font languir et trépigner d’impatience rien qu’en voyant la bande d’annonce. Celle-ci visible sur la toile, ou bien lors d’un précédent film visionné au cinéma. Des films qui vous plaisent avant même de les avoir vu, rien qu’avec trois minutes d’images accompagnés d’une musique entrainante. Sauf qu’une fois devant l’immense toile, cette fois-ci de la salle du cinéma ou dans ce cas précis, du Drive-in, l’envie et le plaisir s’évanouissait comme la fumée d’une allumette. C’est à cause des films du second ordre à l’instant cité que Jackson s’était endormi, d’autan plus qu’avec les journées de folies qu’il vivait actuellement, il n’avait aucun moyen pour lutter contre le sommeil. Ceci expliquant cela.

Mais pour comprendre le contexte actuel qu’il percevait à son réveil, il fallait bien évidemment savoir de quoi il venait de rêver. Ce dernier s’étant révélé très désagréable, avec d’autan plus une étudiante dans le rôle du bourreau, il fallait au moins s’avérer chanceux qu’il n’a pas fait le rapprochement entre celui-ci et Heaven Silver, sa nouvelle camarade cinéphile. Enfin, pour cela, encore fallait-il découvrir si elle était ici de manière joyeuse ou hostile. Non pas qu’elle avait l’air d’une jeune femme capable de l’étrangler à l’aide d’un fil de fer, mais il fallait aujourd’hui se méfier de tout le monde. Le fin bandage que Jackson portait autour de l’abdomen en était la preuve, couvrant une cicatrice causée par sa rencontre tumultueuse avec une autre étudiante de l’université de Brown. Car oui, jusqu’ici, on pouvait dire de Jackson qu’il était tout, mais vraiment tout, sauf quelqu’un de chanceux. Un couteau planté dans le ventre, une folle cavale avec son frangin, du patinage désastreux… Voilà maintenant qu’il trouvait une pom-pom-girl sur le siège passager de sa voiture, alors qu’il se rappelait s’être endormi sans personne à ses cotés. Dès lors, on pouvait parfaitement se douter que son comportement serait loin d’être celui d’un jeune homme agréablement surpris par la découverte d’une miss blonde à son réveil. D’autant plus que cette dernière était loin d’être agréable à observer.

« Je pince uniquement celle dont je viens de rêver. » Lui répondit Jackson, contre toute attente.

Autant jouer la carte de la franchise, qui serait surement perçu comme une blague quelconque ou un moment d’égarement de la part d’Heaven Silver. A moins qu’elle soit extra-lucide. Dans les deux cas, l’athlète espérait qu’elle ne relèverait que la manière dont il lui répondit : un mélange de moquerie et d’étonnement. Avant de continuer, de manière plus simple et plus sympathique surtout :

« Bonsoir gente dame, je suis Jackson, Jackson Coolidge. » Accepta-t-il alors de dévoiler, bien qu’il se doute bien que la jolie blonde le connaisse. « Pourrais-je avoir l’honneur de savoir qui tu es maintenant ? »

Présentation, question. La banale rencontre en gros, entre deux personnes se connaissant de vue sans pour autant connaitre leurs prénoms. Voilà qui serait peut-être chose faite ce soir, sauf si celle qui supportait son équipe de football en décide autrement. D’ailleurs quelque chose clochait chez elle. Elle était là, à ses cotés, mais jetait avec insistance des regards au dehors de la voiture. Comme si elle était poursuivie ou une chose du genre. Voilà qui serait bien amusant, qui pourrait en vouloir à une fille dans le visage s’apparentait à celui d’un ange ? Il faut croire que le cerveau de l’athlète tournait encore au ralenti, puisqu’elle lui avoua la raison de son intrusion dans l’Impala. Tout coïncidait finalement, les boites s’emboitant petit à petit dans leur place prévue. Sauf que Jackson n’était pas avancé pour autant, allez savoir pourquoi. Il ne pourrait pas lui lancer un simple « Je m’en fou, casse toi », bien évidemment. Restait à voir ce qui découlerait de la situation. C’est pourquoi il se risqua à poursuivre quelques instants suite au silence instauré à la suite de la déclaration d’Heaven.

« Je vois. J’imagine que tu ne me montreras pas le coupable ? » Demanda-t-il alors. Non ? Avait-il envie de montrer au mec trop envahissant ce qu’il pensait des gens comme lui ? Allez savoir. « Et maintenant ? » Conclut-il en posant son regard azuré sur celui de la belle blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Drive Inn at night [private Jackson]   Mar 2 Fév - 3:28


    Mon regard furetant inquiet, passait de la vitre de la portière, au pare-brise jusqu'au visage de Jackson. Et ce plusieurs fois de suite, de façon assez répétitive. Puis le mouvement se stoppa aussi net. Mon visage interrogateur se tourna vers celui du footballeur. Pardon?! Que venait-il de dire, je me demandais si mes oreilles avaient bien entendu ses paroles où si elles avaient entendus des divaguations folles provenant de ma pure imagination. Mais non j'avais bien saisit ses paroles, celle dont il venait de rêver. Superbe, deux options soit j'avais attérrit dans la splendide voiture d'un maniaque refoulé soit dans celle d'un dragueur invètéré qui lançait une remarque bidon pour emballer une petite cheerleader.

    Ahaha, comme-ci!me contentais-je de répondre comme si j'avais pris cette phrase comme une bonne blague.

    Peut-être avait-il bien rêvé mais n'étant pas capable de lire dans les pensées d'autrui je devais me ranger à l'hypothèse la plus évidente, il se fichait de moi. Jackson ne me semblait pas un mauvais bougre même si je ne pouvais être certaine de rien mais il ne pouvait pas être un détraqué non, pas de primes abords. Pourtant je restais un peu méfiante juste au cas où celà s'avèrerait nécessaire.

    Je sais déjà qui tu es, tu fais partie de l'équipe de foot et on se voit pratiquement chaque jour. Heaven Silver capitaine des pompom-girls. La petite blonde du centre qui crie plus fort que toute les autres lors des matchs.

    Voilà ma façon de me présenter officiellement à lui. Un peu direct mais dans un sens très naturelle. Je le connaissais ne serait-ce que de réputation pourquoi le lui cacher après tout le boulot d'une cheerleader était de connaitre les membres qui composaient l'équipe qu'elle soutenait avec véhémence, mes camarades et moi. Et puis, il y avait Dean avec qui Jackson trainait et qui était un proche ami. Certaines et certains pensaient même que Dean et elle formaient un couple, ce qui faisait beaucoup rire les deux amis.

    Je ne voudrais pas t'entraîner dans une bagarre, j'abuse déjà en étant entré ainsi dans ta voiture. Bon j'avoue que je suis un peu embêtée je suis venue en voiture avec lui et j'ai laissé mon sac sur le siège arrière.lui répondis-je. Du coup pas de portable pour apeller quelqu'un pour rentrer.

    Je n'osais pas lui demander s'il pouvait le récupérer et encore moins s'il serait d'accord de me ramener. En fait, même si ma langue se déliait facilement, trop peut-être même, j'étais intimidée, je me trouvais hyper super hypra culotté de venir comme ça le déranger. Je me demandais même pourquoi il ne m'avait pas encore fichue à la porte de l'Impala. Après tout je n'étais pas une de ses connaissance, n'importe qui d'autre aurait pû être irrité ou réagir plus mal. J'avais peut-être la chance d'être tombée sur un gars courtois et honnête.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Drive Inn at night [private Jackson]   Lun 15 Fév - 16:38

Ce n’était pas souvent que Jackson sortait. Il était encore plus rare de le voir sortir seul, non accompagné de son frère, de ses amis, ou alors d’une amie proche. Autant dire que les cas ou un élément externe venait prendre place sur son siège passager, était beaucoup plus que rare, voir inexistante. Voilà en quoi la situation était bien plus complexe que ce qu’elle ne paraissait déjà être. Ce pourquoi son regard émeraude s’était déposé sur le visage angélique de la blonde alors même qu’il venait à peine de se présenter à elle. Un regard neutre, qui laissait un sourire rassurant s’esquisser au coin des lèvres pour montrer à sa nouvelle compagne qu’elle ne risquait rien en sa compagnie. A moins que quelqu’un ait placé une bombe dans le coffre de l’impala dans le but d’attenter à la vie du sportif, mais là, lui-même ne serait pas au courant.
Mais c’est qu’Heaven Silver semblait vraiment être sur ses gardes vis-à-vis de son rencard trop insistant. Son regard n’avait de cesse d’observer les environs, visiblement sur ses gardes. Ne manquerait plus que l’autre jeune homme ait l’audace de s’approcher de l’impala, voilà qui serait une erreur fortement regrettable que Jackson lui ferait payer à coup de crique dans la gueule. Hein ? Oh non, oubliez ce qui est noté juste avant, l’athlète n’est pas quelqu’un de violent. Mais par de simple parole, il parvenait à pratiquement tout. Alors aucun soucis à se faire de ce coté là, Heaven ne craignait rien si elle restait à ses cotés.

« Oh… Désolé. » Lui répondit le jeune homme suite à ses déclarations. « Bon, super, ça fait de moi le jeune homme qui ne remarque personne. Pas même celle qui mène la danse lors des matchs de l’équipe. Tu... Tu m’en veux pas, dis ? » Finit-il par lui demander de manière faussement maussade, comme s’il donnait une réelle importance.

A savoir si c’était le cas, la scène pencherait pour le oui. Sauf que lorsque l’on connaissait Jackson, on savait qu’il avait la fâcheuse tendance à vouloir respecter les autres quoi qu’il arrive. Même à dissimuler ce qu’il ressentait réellement, du moment que cela n’affectait pas les relations entre lui et autrui. Pour le coup, oui, il était réellement intéressé par ce que pourrait ressentir la petite blonde qui se donnait visiblement à cent pour cent lors des matchs de l’athlète. Alors la moindre des choses aurait été de la connaitre ne serait-ce que de nom.

« La petite blonde qui crie plus fort que les autres ? Tu prends ton rôle vraiment à cœur ou tu supportes un éventuel petit copain qui joue dans l’équipe ? Auquel cas, si c’est le mec qui t’as fait des avances trop insistantes, je pourrais aller lui parler sans soucis tu sais… »

Ce qui n’était que pure vérité. Aucun des joueurs de l’équipe de Brown ne pouvait se dresser contre l’imposant éclat que dégageait le jumeau Coolidge. Pourquoi ? Aucune idée, surement par rapport à son caractère bien à lui, mêlant respect, tolérance et charisme. Il avait beau ne pas être bagarreur, Jackson n’avait aucun besoin de sortir les poings pour gagner une bataille. Comme toujours en sorte. C’est ce qui lui vaut d’être un pilier de l’équipe de football de l’université par ailleurs.

« Complexe comme situation. » Avoua alors Jackson en portant son attention sur le film, qui durait encore, encore et encore. Mais ses mains s’étaient étrangement posé sur le volant de l’impala, comme s’il trépignait d’impatience. « Alors, c’est quoi la suite ? Je vais récupérer tes affaires, ou on attend sagement ici que l’autre fouille ton sac et te mette dans une merde royale ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Drive Inn at night [private Jackson]   Mer 17 Fév - 5:11


    Décidement, la situation qui était en train de se jouer était plus qu'iréelle, combien y avait-il de chance pour que moi, j'accepte aussi facilement un rencart, pour qu'en plus je tombe sur un perver mais que de surcroit, il me vienne à l'idée de trouver refuge dans la voiture de Jackson. Déjà c'était un effort surhumain que j'avais fait pour monter en voiture avec l'autre gars, moi qui ne supportait plus de monter en voiture avec qui que ce soit. Je ne faisais en général confiance qu'à moi-même au volant. Pas que je sois un as de la route mais si je venais à me planter sur le route ce serait ma faute et je n'entrainerais personne avec moi dans une autre catastrophe. Peut-être pourriez-vous penser que j'exagère mais ce que j'ai vécu était suffisament marquant pour vous faire réfléchir que la vie ne tenait qu'à un fil autant ne tenir que la vôtre dans vos mains.

    Je fus arrachée à mes pensées par la voix de Jackson qui reprenait le dessus, si elle lui en voulait? Oui bon okay, ca faisait une année entière que je supportais du mieux que possible l'équipe dans laquelle il jouait, sans doute que sur le moment je me sentis bien invisible. A quoi bon être une cheerleader de succroit capitaine de l'équipe si vous apparaissiez aussi transparente aux yeux des joueurs. Mais ce sentiment se dissipa bien vite, un autre prenant la place du premier. Celui d'une normalité, pour une fois elle se trouvait en face d'un gars qui ne la lorgnait pas comme tous les autres...Face à un gars qui ne pensait pas une seule seconde à la draguer apparement dans un sens ça faisait du bien, de ne pas se sentir cataloguée comme une poupée blonde qu'on veut à tout prix épater et pour l'épater c'est clair que Jackson était au niveau zéro pour le moment.

    En fait...non. Au moins ca me prouve que tu ne fais pas partie d'un des ces décérébrés qui ne pensent qu'à matter les jolies demoiselles!

    Ce fût la réponse que je finis par lui lâcher, et de toute façon qu'on me fasse attention n'était pas une chose que je désirais plus que tout, car en dehors du cheerleading j'étais une jeune femme plutôt effacée ne cherchant pas à être remarquée mais plutôt à être considérée comme remarquable pour des raisons qui en valent la peine. Je finis par me détendre un peu, j'avoue que la soirée m'avait mise à cran, on ne m'y reprendrais plus à accepter un rendez-vous de manière aussi désinvolte. Pourtant ce sourire s'effaçat de mon visage à la suite des paroles du jeune footballeur. Je me renfrogna un peu dans le siège passager de l'Impala, le regard perdu un peu dans le vague sans doute que toute la peine du monde venait de s'abattre sur les épaules de la jeune blonde que j'étais...et je lui répondis d'une voix monotone.

    Ca mon petit copain, ça ne risque pas...j'ai pas de petit copain.

    Ma voix se cassa un peu dans mon élan, un petit copain non j'en avais plus, j'en avais eu un mais l'amour est une mauvaise chose. Vous vous attachez à une personne et un jour vous vous réveillez pour vous rendre compte qu'elle vous a abandonnée. De l'eau devrait couler sous les ponts avant que je ne m'attache encore de cette manière à quelqu'un. J'avais assez donné pour le moment. Jackson venait de toucher un point sensible mais ça il ne pouvait pas le savoir, oh c'était bien parut dans le journal de Providence mais deux ans s'étaient écoulés depuis et pour beaucoup cet accident qui avait couté la vie au jeune homme qu'elle aimait, qui avait failli lui couter la sienne était sortis des mémoires, si seulement il pouvait sortir de la sienne aussi!

    Les mains croisées sur mes genoux jouant avec le pli de ma jupe, traduisant nettement mon stress, je jettais un coup d'oeil sur le visage de mon compagnon de fortune. Peut-être avait il raison, peut-être qu'il vallait mieux que je le récupère ce sac, mais je n'avais pas envie de le recroiser et puis peut-être était-il déjà repartis après tout.

    Non...comme tu veux mais bon je veux vraiment pas abuser de ta gentillesse après tout t'es pas obligé de me venir en aide.lui dis-je.

    Alors pour ne pas vouloir abuser, je ne voulais pas. A force de répéter ça tout le temps il allait finir par me trouver bien fade et peux réactive sans doute avais-je la tête un peu ailleurs.

    Il est rangé trois rang plus en avant, une porshe jaune tu peux pas la manquer.lachais-je enfin.

    Avais-je eu raison de lui dire ça, et si ils en venaient aux mains, je me sentirais fautive d'avoir embarqué le jeune athlête dans cette histoire. Mais il avait un certain don de persuasion et à présent je me disais que je n'aimerais pas que cet énergumène ne vienne me rendre visite un de ses soirs en ayant accès aux clés de ma chambre et même de la maison familialle.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Drive Inn at night [private Jackson]   Dim 21 Fév - 18:48

Tout portait à croire que Jackson ne portait pas un grand intérêt à celle qui soutenait son équipe de football à l’université de Brown. Ce qui en réalité, était totalement faux, tout du moins en partie. La raison était plutôt simple par ailleurs, afin de comprendre pourquoi le jeune homme n’avait pas très bonne mémoire de chacune des supportrices de l’équipe, mais encore fallait-il être en accord avec celle-ci. Ce qui n’était pas le cas de tout le monde, même de certains de ses coéquipiers. Pour ceux-ci, c’était un devoir que ces jeunes demoiselles se déhanchent sur le bord du terrain afin de prouver en quelque sorte, la valeur du groupe. Sauf que derrière les remerciements de ceux-ci envers les pom-pom-girls, se cachait une tout autre réalité à laquelle Jackson n’avait jamais été en accord. Certains joueurs usent, en effet, de leur statut afin de séduire celles qui les supportent afin d’en faire leur créature le temps d’une nuit, une sorte de compensation pour le fait d’être l’une des coqueluches de la faculté. Sauf que les joueurs n’étaient pas les seuls à être blâmés. Certaines de ces supportrices jouaient également de leur charme afin d’attirer les joueurs à s’abandonner dans leurs bras. Pourquoi ? Leur réputation, évidemment. Se pavaner devant toutes les autres étudiantes était une chose banale à l’université.

Jackson n’avait jamais été de ces personnes là. Sachant ceci, on pourrait croire qu’il est quelqu’un de relativement sympathique et d’agréable compagnie. Point qui n’est pas totalement faux, mais auquel il faut ajouter pour le moment présent, qu’il venait de mentir à Heaven de manière habile et naturelle. Dire à voix haute qu’il ne l’avait jamais remarqué était un mensonge pur et simple, une manière de lui montrer qu’il n’avait pas le coté séducteur de certains jeunes hommes. Paradoxalement, c’était le cas. Mentir pour prouver une vérité, voilà qui était bien inconcevable aux yeux de certains mais qui, dans la tête de Jackson, était indispensable. Il était le jumeau d’un des étudiants les plus charmeurs du lycée, Reese. Il fallait bien faire avec et se sortir de cette image qu’avait les filles de son apparence. Ajoutez que d’une autre coté, il fallait montrer à Heaven Silver qu’il n’était pas intéressé par les aguicheuses de services qui usaient de leur statut de supportrices pour se rapprocher des footballeurs les plus talentueux de l’équipe de Brown. En somme, ne connaissant que la belle blonde que de loin, ne lui ayant adressé la parole que de vague moment au détour du couloir, de bref salutations rien de plus, l’athlète n’en savait pas plus sur elle.

« Hey… Je ne vois aucun mal à observer de belle jeune fille, du moment que ça reste discret… » Lui répondit le beau brun d’un sourire amusé, avant d’enchainer sur la suite de la discussion. « Alors attend, je récapitule. » Ajouta-t-il en levant sa main pour compter sur ses doigts. « Belle, blonde, sourire à tomber, visiblement pas nymphomane, des yeux magnifiques, un prénom exceptionnel, cheerleader, célibataire… »

Finit-il par conclure avec un froncement de sourcil en reportant son attention sur la gigantesque toile qui se trouvait à des dizaines de mètres devant lui. Sauf que le film était bien loin désormais de ses préoccupations, au point même d’en déranger Heaven qui aimerait surement visionner son film tranquillement. Se tournant alors de trois quart vers elle pour lui faire face, posant son regard inquisiteur sur son profil, Jackson continua :

« Y’a un truc qui cloche dans mon tableau. Devine lequel. » Lui lança-t-il en ouvrant la portière afin de sortir dans la fraicheur de la nuit.

La laissant dans sa réflexion qui ne serait surement pas difficile, Jackson prit la direction de la troisième rangée plus en avant. Où il allait ? Quelle question. Une voiture de luxe, couleur jaune, ça ne court pas les rues. Avec un regard aux alentours histoire d’y déceler la présence d’une silhouette haute en stature qui ne devrait pas y être. Mais rien. Autrement dit, personne ne recherchait quiconque, ce qui signifiait donc que celui qui était avec Heaven n’était plus à sa recherche. Jackson n’avait pas eut tort. Après une vingtaine de seconde à déambuler dans l’obscurité de la nuit, il trouva la Porsche, avec son conducteur qui souriait mesquinement au volant. Sans doute pensait-il que la belle reviendrait chercher ses affaires, et peut-être avait-il finalement raison. Tout du moins, c’était sans compter sur Jackson Coolidge, qui donna quelques coups à la vitre pour se faire remarquer du jeune homme, qui l’ouvrit sans attendre.

« Quoi ? » Demanda le propriétaire, visiblement agressif suite à l’intrusion de l’athlète dans sa vie.

« Donne moi les affaires d’Heaven, s’il te plait. »

Politesse, le mot d’ordre de Jackson. Manque de pot, il ne connaissait, ou ne reconnaissait pas celui qui se trouvait face à lui. Manque de chance également, celui-ci lui ricana au nez, une fâcheuse expression de dédain sur le visage. Voilà qui ne pouvait que compliquer les choses.

« Elle est venu jouer la pleureuse dans tes bottes ? C’est pas mon problème. Si elle veut ses affaires, qu’elle vienne les… »

Fâcheux, très fâcheux. Doublement même. C’était à se demander ce qui l’était le plus : le fait de s’évanouir au premier coup reçu, ou celui d’avoir refusé simplement de rendre les affaires demandées ? Toujours est-il avec une douleur atroce au bout des phalanges, Jackson finit par revenir avec les affaires de celle qu’il retrouva dans l’Impala.

« C’est tout ce qu’il y avait ? » Demanda Jackson Coolidge en reprenant place au volant de sa voiture tout en rendant sac et téléphone à la belle blonde à ses cotés. « Alors, tu as deviné ? » Finit-il par demander comme si rien ne s’était passé, frottant sa main encore sous le choc du coup porté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Drive Inn at night [private Jackson]   Lun 22 Fév - 19:59


    Dans quel pétrin m'étais-je encore fourrée et dans lequel j'entrainais avec moi ce cher Jackson Coolidge envers qui je n'avais encore jusqu'à présent jamais eu le courage de m'adresser plus amplement, bien que l'envie ne m'en ai pas manqué jusqu'ici. Pourtant je m'en étais tenue à de vagues salutations quelques fois en passant, même au sein de la maison de notre fraternité que nous partagions, avec d'autres dont Dean. Etrange non il se trouvait que Dean était mon meilleur ami et réciproquement celui de Jackson et pourtant nous ne nous fréquentions pas en même temps. Ainsi va la vie. Je reposais mon regard sur le visage du jeune athlète me sentant génée par la remarque que je lui avais faite qui se voulait plus un compliment qu'une remarque. Oui selon moi un gars qui ne courre pas tout le temps après les filles c'est un gars qui est plus digne d'intérêt que les courreurs de jupons comme les alpha par exemple.

    Pourtant je n'eu pas l'occasion de lui répondre sur cette petite boutade qu'il éveillait en moi tout en énumérant sur le bout des ses doigts, des qualités qu'il lui attribuait et qui suffirent à lui faire monter le rouge aux joues. Prude, moi non pas vraiment mais assez timide malgrès ce que certaines personnes pouvant penser rien qu'en m'associant au cheerleading. En générale les filles du cheers sortaient au bras des footballeurs de l'équipe, jouaient aux greluches auprès d'eux pour faire monter leur cote de popularité pourtant moi je n'étais pas de ces cheerleadeuses là. Je me promenais bien au bras d'un des joueurs, certaines pensaient d'ailleurs que nous formions un petit couple. Dean Weavers était ce gars-là mais nous ça nous faisaient rire car nous étions justes les meilleurs amis du monde, et rien d'autre. Celà m'étonnait même que Jackson ne l'ai pas remarqué ça, enfin peut-être que tous le monde ne voyait pas les choses du même oeil.

    Sortis à nouveau de mes songes, par le jeune homme et sa question.Ce qui cloche? Comment ce qui cloche?! Il me lançait une devinette maintenant, original, il venait de capter grandement mon attention tout en me laissant complètement sur le cul, quand je le vis quitter l'Impala. Hein?Quoi?! Mais qu'est-ce qu'il fiche maintenant. Spécial ce Jackson...Mon regard suit les pas du jeune homme qui se faufile entre les voitures jusqu'à disparaître totalement à mon regard. Je n'y crois pas. Il me plante là, il va récupérer mon sac, j'en suis bien consciente. Je me dis que je devrais aller voir peut-être bien pourtant je reste assise dans son Impala comme si j'étais faite de plomb et que je ne pouvais en sortir. J'ai horreur des bagarres, je ne tiens pas à voir les deux gars en venir aux mains si tel est la cas, mais je lui suis déjà reconnaîssante de ne pas me laisser dans la panade.

    Je n'ai guère attendu plus de six ou sept longues minutes avant de voir Jackson me rejoindre dans l'habitacle. Bingo, il avait ses affaires qu'il lui remet prestement.

    Heu...oui oui, merci Jackson. Je vérifie quand-même à l'intérieur du sac on ne sait jamais. Ce qui cloche? Le célibat...c'est ça? Ou que je ne sois pas nymphomane... à vrai dire je ne voyais pas où voulait en venir Jackson, qu'est ce qui clochait chez moi? Je ne m'étais jamais sentie parfaite. Mon regard s'attarda sur la main du footballeur que je saisis d'un coup. Que je me permis de saisir, comme si c'était un acte purement naturel et ça l'était.

    Tu t'es battu? lui demandais-je alors ennuyée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drive Inn at night [private Jackson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Drive Inn at night [private Jackson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Michael Jackson est mort...
» Jesse Jackson Says U.S. Should Help Haiti
» Percy Jackson RPG (Réponse au partenariat)
» M. Eddy-Jackson Alexis proteste contre le partenariat entre l’AJH et la MINUSTAH
» De Michael Jackson à la burqa, l'actu de la semaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[PROVIDENCE] :: zone hors jeu :: archives-