AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ~ desperately trying to disappear. [lewis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Analeigh Evans

avatar

ETUDES : Suédois et littérature anglaise.
Féminin
● INSCRIPTION : 23/01/2010
● MESSAGES POSTÉS : 473
● ÂGE : 44
● PHRASE DU JOUR : Quand j’étais petit j’avais peur du monstre qui viendrait me manger, c’est pour ça que j’aimais bien avoir un copain qui dorme à la maison, non pas pour qu’il me protège mais pour que le monstre le mange en premier et que j’ai le temps de me barrer.
● STAR SUR L'AVATAR : : Abbey Lee Kershaw.
● DISPO POUR UN TOPIC? : Difficilement.

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
91/100  (91/100)
// Humeur: Irascible.

MessageSujet: ~ desperately trying to disappear. [lewis]   Dim 14 Fév - 0:35

J'ignore ce qui m'avait permise d'imaginer que tout serait différent, pauvre petite utopiste à deux balles que je suis. Tout était bel et bien différent de ce que j'avais expérimenté, tout en restant exactement la même chose. Le tableau était le même ; les mêmes couleurs, les mêmes traits, les mêmes effets de lumière, tout cela trahissait un style commun, une trame commune à tout établissement scolaire, qu'il soit américain, anglais ou de n'importe quel autre pays. Le tableau était le même. Mais je ne l'observais pas du même endroit. Je n'étais plus la jolie blonde semi-populaire et entièrement sympathique, appréciée de tous à défaut d'être adulée. Je n'étais même pas sûre d'être toujours blonde ; il me semblait que je tirais plus vers le châtain. Mais je m'attardais rarement bien longtemps sur ce genre de considérations futiles. Je fuyais mon reflet quand ce n'était pas lui qui me fuyait. En conséquent, j'étais peu renseignée sur ce dont je devais avoir l'air.

Cependant, si mes estimations étaient correctes, je n'avais l'air de rien. Strictement rien. Je longeais les couloirs à la manière d'une petite souris ayant chapardé un fromage, cherchant à sortir sauve d'un corridor bondé de chats affamés. Oui, l'image est judicieuse. Vraiment. Si la force de ma conviction était suffisant pour me permettre de me fondre dans le décor au sens propre du terme, allant même jusqu'à réellement fusionner avec le mur, alors cela aurait eu lieu il y a un moment déjà. Autour de moi, les gens semblent tous être sûrs d'eux, de leurs pas, de là où ils vont et de là où ils viennent. Leur démarche semble hâtive, quoique assurée, et ça me rassure faiblement qu'ils n'aient pas le temps de se soucier de moi, qu'aucune âme compatissante ne vienne poser sa main sur mon épaule, me demander si je suis nouvelle, ou perdue, voire les deux, soyons fous.

C'est comme s'il y avait écrit en gros sur mon front « je suis intruse. » j'ai l'impression de ne pas être normale, d'être en trop, de m'être trompée d'endroit. Comme si d'un instant à l'autre, un type baraqué allait me saisir par la manche et me raccompagner vers la sortie en marmonnant une phrase prétendument polie, le genre de phrase que j'ai déjà tant entendue et re-entendue. Alors je baisse la tête, diminuant ainsi considérablement le risque de croiser le regard d'un étudiant lambda, et je continue de marcher à petits pas pressés en serrant fort mes livres et cahiers contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
Lewis Blackburn

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 29/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2281
● ÂGE : 28
● PHRASE DU JOUR : L'intellect est invisible à l'homme qui en est dépourvu
● STAR SUR L'AVATAR : : David Boreanaz
● DISPO POUR UN TOPIC? : non

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Divine

MessageSujet: Re: ~ desperately trying to disappear. [lewis]   Mar 16 Fév - 23:12

Comment identifier une journée exceptionnelle d'une journée banale ? Eh bien on ne peut tout simplement pas. Du moins jusqu'à ce qu'un évènement exceptionnel arrive. Dans la plupart des cas, il faut le dire, la vie humaine est insignifiante et se résume à se lever, travailler, se coucher. La vie d'étudiante n'est pas si différente, on se lève, on se lave, on déjeune, on va en cours, et on revient chez soit. Vraiment passionnant vous ne trouvez pas ? Oh le week end c'est différent bien sur, c'est le moment ou tout ses idiots se réunissent pour faire la fête. J'entends souvent parler d'abus d'ailleurs concernant leur soirée, que ce soit d'abus d'alcool ou autre, il y a même une fois ou j'ai entendu parlé qu'un étudiant avait abusé d'une jeune fille...pourtant celle-ci avait une certaine conviction et portait une bague de pureté. Il faut de tout pour faire un monde. Sous leurs airs de gentils petits étudiants, il en était tout autre. Pourtant, on dirait qu'il me craigne tous...Oui j'ai l'air d'avoir fais du rugby, j'impose facilement ma carrure et ne donne pas envie d'engager une conversation avec moi, mais je ne mords pas. J'ai déjà tué, mais jamais mordu.

C'est pour cette raison qu'on m'évite dans les couloirs ? J'en sais fichtrement rien ! Tout ce que je sais, c'est qu'on le fait. Je dois connaître 2 ou 3 personnes grand maximum dans cette université, et juste des filles. A croire que je les attire.SHBLANG !! Qu'est ce que je vous disais, je les attire comme un aimant. C'est un peu ma faute, je ne fais pas très attention lorsque je marche, j'ai une démarche plutôt vive et c'est ce qui m'a valu un léger accrochage avec une jeune fille blonde qui se retrouvait désormais sur le cul, au sens propre. Bon c'est pas entièrement ma faute non plus, quelle idée d'avoir des angles droits comme virage dans ces couloirs, quand on longe les murs on est obligé de se prendre quelqu'un en pleine face à chaque fois.

" Désolé ! " Combien de fois je l'ai déjà dis ce mot ici ? J'en ai perdu le compte à vrai dire...
Revenir en haut Aller en bas
Analeigh Evans

avatar

ETUDES : Suédois et littérature anglaise.
Féminin
● INSCRIPTION : 23/01/2010
● MESSAGES POSTÉS : 473
● ÂGE : 44
● PHRASE DU JOUR : Quand j’étais petit j’avais peur du monstre qui viendrait me manger, c’est pour ça que j’aimais bien avoir un copain qui dorme à la maison, non pas pour qu’il me protège mais pour que le monstre le mange en premier et que j’ai le temps de me barrer.
● STAR SUR L'AVATAR : : Abbey Lee Kershaw.
● DISPO POUR UN TOPIC? : Difficilement.

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
91/100  (91/100)
// Humeur: Irascible.

MessageSujet: Re: ~ desperately trying to disappear. [lewis]   Jeu 18 Fév - 18:50

Je l'avais vu venir. Je l'avais aperçu -il était difficile de faire autrement, montagne de muscle qu'il était, enfin, de manière très relative ; par rapport à un adolescent, il était franchement imposant- mais j'avais été incapable d'agir en conséquence. Le temps que mon cerveau anesthésié par les discussions futiles qu'il perçoit en permanence (le pauvre.) capte que le danger de collision pointait son nez à l'horizon et qu'il était impératif de réagir, il était déjà trop tard. Alors je me suis contentée d'assister à la scène au ralenti, comme en dehors de mon propre corps, et de me laisser maîtrisée par les évènements, complètement passive, comme à l'accoutumée.

Je crois que j'ai à peine senti le choc. J'étais à terre, il était debout, j'étais le moineau qui venait de rentrer dans un char d'assaut. Il était le char, évidemment. Cette fois-ci, ma réaction se fait vive ; le rouge me monte aux joues plus vite que si j'avais avalé un verre de vodka cul sec (déjà qu'un micro-verre de bière me rendait pompette, imaginez un peu quand on passe un cran au dessus.), je tente nerveusement de remettre la main sur toutes mes affaires éparpillées tout en travers du couloir, agaçant au passage, involontairement, une jeune pimbêche visiblement pressée d'aller se repoudrer le nez dans les toilettes -je ne comprendrais jamais ce besoin compulsif qu'ont les jeunes filles de mon âge de vouloir systématiquement se maquiller à outrance, surtout lorsque, dans les trois quarts des cas, elles n'en ont absolument pas besoin.

Dans ma hâte, je ne remarque pas les deux feuilles qui se sont glissées sous les casiers, et d'ailleurs, je ne songe même pas à vérifier que j'ai bien tout en main. Je relève très rapidement la tête vers le jeune homme qui, d'un ton emprunt d'une politesse à laquelle je suis peu habituée et qui, à défaut de me dérider, parvient à m'étonner, puis baisse aussitôt mon regard, les joues toujours aussi empourprées, agacée par ma propre nervosité et effrayée par la présence imposante du type à côté.

- Excuse-moi, je... je suis sincèrement désolée, je ne voulais pas... toutes mes excuses, je suis maladroite, je n'ai pas... pas fais attention, désolée. souffle-je dans un murmure à peine audible. J'en prends l'entière responsabilité, dé... désolée.

Bien sûr. Je crois qu'on aura tous compris le message, Analeigh. Tu devrais peut-être lui répéter que tu es désolée, juste une fois, au cas où il n'a pas compris, non ? Je recadre une mèche rebelle derrière mon oreille, et me relève de ma position accroupie, un peu hésitante et toujours avec ce regard de la biche prise dans les phares d'un quatre quatre.
Revenir en haut Aller en bas
Lewis Blackburn

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 29/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2281
● ÂGE : 28
● PHRASE DU JOUR : L'intellect est invisible à l'homme qui en est dépourvu
● STAR SUR L'AVATAR : : David Boreanaz
● DISPO POUR UN TOPIC? : non

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Divine

MessageSujet: Re: ~ desperately trying to disappear. [lewis]   Mar 23 Fév - 0:13

On voyait souvent des élèves percuter d'autres élèves...autant qu'on voyait des "balèzes" martyriser d'innocent garçons et filles dans les cours de récrée. Il y a certaines choses qui ne se perdent pas dans la scolarité, même l'université de Brown possédait ses propres martyres. Je n'en fais pas parti bien heureusement, d'ailleurs, ceux-ci ne s'en prennent pas à moi et je les comprends un peu. S'ils veulent finir chacun la tête dans le cul d'un autre, alors ils n'avaient qu'à venir me voir et je leur rendrais volontiers ce service. Une autre chose aussi qu'on trouve régulièrement dans les écoles, lycées, etc...les centaines de ragots par semaine au moins !! C'est pour cette raison d'ailleurs qu'on entendait jacasser les poulettes autour de nous dans le couloir. Et ce n'était que dans ce couloir-ci ! Je suis certain que dans le bâtiment à côté, c'est pareil ! Réunissez les tous ensemble, et on ne s'en sort plus, sauf avec un mal de crâne intense et des tas d'informations inutiles. Tout ça pour dire que cette fameuse accroche dans le couloir ne passa pas inaperçu.

J'espère que demain, ou même cette après midi, il n'y aura pas des choses sordide concernant ce qui venait de se passer, du style : Lewis fracasse une jeune fille dans le couloir. Ça serait le comble. Heureusement, je me suis excusé, c'était presque comme un réflexe, ici, à l'université de Brown, j'avais appris à dire ce mot qu'on m'avait formellement fait effacer de mon vocabulaire. Je ne suis pas le seul à l'avoir dis d'ailleurs. Alors que cette étudiante ramassait ses cours, elle s'empressa également de s'excuser, pas une fois, ni deux, mais bien cinq fois. Je reste debout à la regarder, sans l'aider réellement, je suis encore moi même sur le cul après avoir entendu la phrase que venait de dire cette fille. C'est une farce ou quoi ? Un vieux gag pourri ? Il doit forcement y avoir une copine à cette fille qui observe la scène sans aucun doute, peut-être même qui filme avec son téléphone portable dernier cri à 749,99$ et 120$ l'abonnement au mois !

" J'ai compris tu sais, t'es désolée ! "

Quelle drôle de manière de présenter ses excuses en tout cas. Si ce n'est pas une blague, elle est vraiment bizarre comme fille, d'après moi bien sur. Quelqu'un de normal aurait juste dis "désolé", comme je l'ai fais, ou aurait cherché l'embrouille, mais pas elle...Elle a un regard assez space aussi quand j'y regarde de plus près...

" Ça va ? T'es défoncée ou quoi ? " Quel gentleman je fais.

HJ : désolé si y'a un trop plein de fautes, fatigué (on est pas tous en vacances hein :doh: )
Revenir en haut Aller en bas
Analeigh Evans

avatar

ETUDES : Suédois et littérature anglaise.
Féminin
● INSCRIPTION : 23/01/2010
● MESSAGES POSTÉS : 473
● ÂGE : 44
● PHRASE DU JOUR : Quand j’étais petit j’avais peur du monstre qui viendrait me manger, c’est pour ça que j’aimais bien avoir un copain qui dorme à la maison, non pas pour qu’il me protège mais pour que le monstre le mange en premier et que j’ai le temps de me barrer.
● STAR SUR L'AVATAR : : Abbey Lee Kershaw.
● DISPO POUR UN TOPIC? : Difficilement.

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
91/100  (91/100)
// Humeur: Irascible.

MessageSujet: Re: ~ desperately trying to disappear. [lewis]   Sam 27 Fév - 19:18

Plus le temps passait, et plus je me sentais mal à l'aise. Qui aurait cru qu'une simple bousculade puisse autant attirer l'attention ? J'aurais presque juré avoir déjà vu cette fille passer une fois, dans ce couloir, et en sens inverse. Et moins accompagnée. Qu'est-ce qu'il se passe exactement ? Est-ce qu'elle m'a vue me ridiculiser, est partie avertir ces petits copains afin qu'ils puissent revenir tous ensemble profiter du spectacle, railler mon triste sort ? Je vous en prie, messieurs, mesdames, prenez place et sortez le pop-corn. OK. J'exagérais. Je le savais pertinemment. J'avais bien conscience d'être une affreuse paranoïaque, et je me détestais d'avoir des pensées aussi égocentriques. Oui, le monde ne tournait pas autour de mon petit nombril, ce qui était pour moi un énorme soulagement. Mais dans ce genre de circonstances, toutes les lois élémentaires de physiques que je m'étais pourtant empressé d'assimiler à une vitesse étonnante me paraissaient toutes obsolètes et erronées ; la gravité était modifiée, l'attraction terrestre oubliée. Tout se recentrait sur moi, tout se resserrait sur moi, j'avais l'impression que j'allais étouffer.

Je les entends parler, piailler, discutailler, me demande s'ils n'ont réellement rien d'autre à faire, si c'est mon imagination, bien trop sadique, qui décuple les visages, les jambes et les bustes autour de moi, s'ils sont réellement aussi nombreux, ou si ma vision des choses est juste simplement modifiée. Inspire, expire. J'en oublierais presque le type. Presque. Presque, mais pas du tout. Je me relève, doucement, trop habituée à esquisser des mouvements lents et calculés, destinés à ne pas retenir l'attention des éventuels passants -peine perdue, cette fois. Inspire, expire. Fais abstraction du reste. Oublie les ricanements mesquins de cette pouffiasse blonde. Ah, non, elle n'est même pas blonde. Si on ne peut même plus compter sur les stéréotypes. Ne fais pas gaffe à elle. Sa vie doit être bien triste pour qu'elle puisse tirer un quelconque plaisir du malheur d'autrui. Vire ton stress et le rouge de tes pommettes. Arrête de te parler à toi même, et réagis, pour l'amour de dieu, réagis.

Il a compris. Je suis désolée. Une autre réponse m'aurait moins perturbée. Une absence de réponse m'aurait satisfait. A la place, j'ai le droit à une espèce de remontrance. Je baisse les yeux, comme prise en faut. Je suis une idiote ; je me suis bien trop répandue en excuses ! Soit il me prend pour une timide maladive -et, pour être tout à fait honnête, je ne suis pas loin de l'être- soit il s'imagine que je le prend pour un abruti et que j'estime nécessaire de répéter plusieurs fois la même phrase pour qu'il me comprenne. Oh bon sang, j'espère que ce n'est pas ce qu'il croit ! Est-ce qu'il va me frapper ? J'en doute mais je reste sur mes gardes, on ne sait jamais. Je le sens plus sceptique qu'énervée. Je relève timidement les yeux vers lui mais la manière qu'il a de fixer son regard dans le mien me déstabilise complètement ; j'ai toujours été incapable de fixer quelqu'un dans les yeux de la sorte. « Toujours », ici, signifiant « depuis deux ans ». Ou est-ce trois ? Je ne sais plus. Je ne veux pas savoir. Perdue dans mes pensées, je sursaute quand il s'enquiert de mon état. Moi, droguée ? Je le fixe avec des yeux ronds. Trop étonnée pour songer à ma traditionnelle pudeur.

« Non... Non ! Bien sûr que non, je ne me drogue pas. m'exclame-je en secouant la tête de droite à gauche. Je ne suis pas ce genre de filles ! »

Pour qui il me prend ? Est-ce que j'ai l'air d'une junkie ? J'espère bien que non.

HJ : désolée mon personnage est bien trop timide pour que je puisse faire progresser le topic d'une quelconque manière que ce soit, mais, au pire, je fais intervenir un pnj dans mon prochain post pour épicer le truc. (:
Revenir en haut Aller en bas
Lewis Blackburn

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 29/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2281
● ÂGE : 28
● PHRASE DU JOUR : L'intellect est invisible à l'homme qui en est dépourvu
● STAR SUR L'AVATAR : : David Boreanaz
● DISPO POUR UN TOPIC? : non

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Divine

MessageSujet: Re: ~ desperately trying to disappear. [lewis]   Dim 7 Mar - 17:25

Cette jeune fille n'a pas l'air d'être habitué au contact d'une autre personne. Bon, on s'était percuté elle et moi, mais ça se limitait à ça, inutile d'en faire tout un plat et encore moins une scène de théâtre. Tiens en parlant de théâtre, je suis sur que j'ai vu une élève de cette section s'arrêter non loin pour observer les évènements. A cet instant je suis persuadé qu'elle prend des notes concernant les agissements de Lewis...oui car on essaie toujours de prendre exemple sur Chuck Norris. Tout ces gens autour de nous ne connaissent pas le respect des personnes, niveau intimité et tout le bataclan bien entendu ! Enfin bref. Avec des "si" on refait le monde soit disant ? Bien, si il n'y avait pas autant de spectateurs peut-être que cette demoiselle serait moins gênée et ne bafouillerait pas en répétant sans cesse qu'elle est désolé. Mais ça je ne le saurais jamais..ben oui je ne vais pas attendre qu'il n'y a personne dans le couloir pour lui foncer dedans une nouvelle fois..quoique c'était plutôt elle qui m'a foncé dedans mais ce n'est pas grave. Elle me regarde avec de grands yeux ronds, normal puisque je l'ai insulté de droguée...vu la manière dont elle parlait c'est un peu normal non.

" Ah bon..et bien désolé ! " lui dis-je calmement avant de reprendre. " Désolé, désolé, désolé, désolé, désolé je ne..."

Le reste de ma phrase fut étouffée par une puissante sonnerie de cloches(technologie de malade dans cette université !). Pas celle annonçant la fin des cours, mais celle de l'alerte incendie. Je fais une petite grimace car la cloche se situe juste au dessus de la porte coupe feu qui se situe derrière moi. D'ailleurs cette porte se ferma automatiquement et frappa mon dos. Je lâche un juron que personne ne pouvait entendre à cause du bruit. Les étudiants qui jadis nous observaient, s'en allèrent à présent vers le point de ralliement situé dans la cours. Je fais un signe de tête à la nouvelle étudiante en lui faisant comprendre qu'elle pouvait me suivre. Je me retourne ensuite et pousse les portes coupe feu.

HJ : j'me ramolli ?
Revenir en haut Aller en bas
Analeigh Evans

avatar

ETUDES : Suédois et littérature anglaise.
Féminin
● INSCRIPTION : 23/01/2010
● MESSAGES POSTÉS : 473
● ÂGE : 44
● PHRASE DU JOUR : Quand j’étais petit j’avais peur du monstre qui viendrait me manger, c’est pour ça que j’aimais bien avoir un copain qui dorme à la maison, non pas pour qu’il me protège mais pour que le monstre le mange en premier et que j’ai le temps de me barrer.
● STAR SUR L'AVATAR : : Abbey Lee Kershaw.
● DISPO POUR UN TOPIC? : Difficilement.

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
91/100  (91/100)
// Humeur: Irascible.

MessageSujet: Re: ~ desperately trying to disappear. [lewis]   Dim 28 Mar - 16:28

Désolé, désolé, désolé ? Est-ce que, par le plus grand des hasards, le jeune homme serait-il en train de se foutre de ma gueule ? Ma lèvre inférieure se met à trembler légèrement, de manière presque imperceptible, et je me sens tout d'un coup terriblement décontenancée. Car, il ne faut pas croire, mais habituellement, je sais toujours de quelle manière je me dois de me conduire. Bien souvent, balbutiements et autres bégaiements sont recommandés, accompagnés d'yeux baissés, dirigés droit vers le sol, ainsi que d'une rougeur des pommettes quasi-anormales, de celle qu'on peut avoir quand on ingurgite un aliment auquel nous sommes allergiques. Mais là, j'hésite. J'hésite entre fondre en larmes, me recroqueviller sur le sol et/ou m'enfuir en courant (plutôt ou, les deux activités étant plutôt incompatibles, et ramper ne m'apparaît pas comme être l'idée du siècle, pour le coup) ou bien me reprendre en main et m'énerver. En dépit des mes airs de petite souris qui aurait bien besoin de se mettre un bout de fromage ou deux sous la dent pour retrouver un peu de couleurs, je suis particulièrement douée pour monter sur mes grands chevaux. Car, si, dans un premier temps, j'ai toujours tendance à me soumettre, il vient immanquablement au bout d'un moment un certain « point de rupture », et, une fois ce stade atteint, je ne suis plus capable de garantir quoi que ce soit. Bien en peine, je me contente de me mordre légèrement la lèvre inférieure en méditant la question, le regard soudainement grave. Tout d'un coup, les autres personnes présentes dans le couloir me laissent royalement indifférentes. Qu'est-ce que je me fiche de ce qu'elles peuvent penser ! Non ?

Quand, enfin, je m'étais mise au point quant à la tactique défensive que j'allais adopter par la suite, je suis grossièrement interrompue dans une vague esquisse de début d'emportement par une sonnerie particulièrement intense qui me force à me recouvrir les oreilles de mes mains, afin de limiter les dégâts au niveau de mes pauvres petits tympans déjà bien amochés par l'usage intensif que je faisais de mon mp3 et des écouteurs qui allaient avec. Le regard empli d'une incompréhension qu'il lui était coutume d'exprimer, je lève les yeux vers l'inconnu qui venait de me rentrer dedans, relâchant la pression de mes mains au fur et à mesure que le sonorité particulièrement perçante de la cloche s'estompait, avant de les lâcher tout bonnement, et de croiser les bras sur ma poitrine, sceptique. Les étudiants semblaient tous savoir où aller ; étant relativement nouvelle, je ne connaissais pas la procédure dans de telles circonstances. A Swansea, nous avions bien un équivalent... Mais ça fait si longtemps. Le gaillard esquisse un signe de tête dans ma direction avant de se diriger vers les portes coupe-feu, et je m'empresse de le suivre à petits pas pressés, en jetant de fréquents coups d'oeil derrière moi.

« Ce n'est pas un véritable incendie, n'est-ce pas ? Je veux dire... Tu ne crois pas que... C'est juste une vérification ou... Je ne sais quoi ? »

Pas la peine d'être devin pour constater que j'étais loin d'être rassurée. La belle assurance que j'avais manqué de peu de posséder quelques instants plus tôt s'était de nouveau envolée loin de moi, et plus le temps passait, plus je me faisais la réflexion que jamais je ne parviendrai à la saisir au vol. Cruelle destinée que celle d'être clouée au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Lewis Blackburn

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 29/11/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2281
● ÂGE : 28
● PHRASE DU JOUR : L'intellect est invisible à l'homme qui en est dépourvu
● STAR SUR L'AVATAR : : David Boreanaz
● DISPO POUR UN TOPIC? : non

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
100/100  (100/100)
// Humeur: Divine

MessageSujet: Re: ~ desperately trying to disappear. [lewis]   Dim 4 Avr - 23:13

    Que s'est-il passé avant que la sonnerie de l'alarme incendie ne se mette à chanter ses faux airs d'exercice à la noix. En tout cas si c'est un test, celle la de clochette elle fonctionne bien je vous l'assure. Donc ce qui s'est passé avant ? Mais strictement rien, un gros blanc, cette fille n'osait pas me répondre. Très bizarre, je m'attendais à une phrase du style "oh c'est bon, arrête de te foutre de moi !" mais il n'en fut rien. Elle se laissait littéralement marcher sur les pieds. Je me pose intérieurement une question, est ce qu'elle est riche ? Imagine Lewis, cette fille riche, qui ne réagit à rien, tu l'a racket, et tu deviens millionnaire en un rien de temps. BIP, mauvaise idée, pourquoi je ferais ça ? Pour confirmer l'énorme timidité de cette étudiante ? Même pas, je n'ai strictement aucune raison de faire cela. Et puis, en y réfléchissant bien, elle aurait un minimum d'argent elle aurait plein de lèche cul derrière elle et les gens autour ne se seraient pas moquer d'elle. Dans un élan de sympathie, je me serais volontiers excusé d'avoir réagi de la sorte, mais ce fameux élan fut interrompu par cette maudite sonnerie.

    Cette sonorité n'était guère agréable à l'ouï. Ca ne m'étonnerait guère d'entendre un boulet hurler dans les couloirs cette phrase : " Je n'ouïs plus, je n'ouïs plus !! ". Mais non, rien, je l'aurais bien hurlé moi même par simple idiotie, mais pour qui aurais-je passer devant la nouvelle. Quelle superbe image j'aurais donnée de moi. Je sais parfaitement que je ne dois pas trop en révéler sur moi, mais de là à passer pour quelqu'un d'autre, never ! Enfin bref, je m'étais retourné après lui avoir fais un signe de la tête pour qu'elle me suive malgré que je ne la connaissais pas le moins du monde. Oh je ne savais pas du tout si elle me suivrait, on va dire moit'-moit', une chance sur deux pour qu'elle le fasse. En tout cas je marchais lentement dans le couloir, très rapidement quelqu'un se posta à mes côtés en tenant ce qu'il lui restait d'affaires de classe, c'était elle. Et elle était limite paniqué. Mais comment on peut paniquer dans ce genre de situation, il faut rester calme. J'admets, s'il y a réellement le feu, il vaudrait mieux prendre ses jambes à son cou, à condition d'être contorsionniste. Je tourne mon visage vers elle, en tentant de la rassurer du mieux que je peux.

    " J'en sais rien, il y deux trois exercices par an. Si tu vois un pompier dehors ou si t'entends la sirène de leur camion, c'est que s'en est pas un. Mais rassure toi, ils mettent au moins trois minutes avant d'arriver ! "

    Comment pouvait-elle être rassurée avec la fin de ma phrase, en trois minutes il peut s'en passer des choses, on peut devenir la saucisse d'un barbec' géant en trois minutes. Je tente vainement de lui sourire même si personnellement mes sourires font plus peur qu'autre chose. Imaginez, Chabal l'ours en train de sourire, tss je m'enfuis en courant moi...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ desperately trying to disappear. [lewis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

~ desperately trying to disappear. [lewis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» Lewis Yorkshire de 15 ans (54) - ADOPTE
» John Lewis accuse Mc Cain d'attiser la haine contre Obama
» Ana Lewis
» Skye Lewis - Attention à la bombe !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[PROVIDENCE] :: L'université de Brown :: Hope Collège :: Couloirs & casiers-