AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Golf de nuit ¤Sarah¤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 28
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Golf de nuit ¤Sarah¤   Ven 30 Avr - 23:32


C’était un vendredi soir comme les autres… ou pas. Celui-là, c’était la veille d’un jour fer… ah non, ça, c’était en France. Il fallait croire qu’il y était encore, parfois. Ses amies françaises lui manquaient, c’était indéniable, mais il se rattrapait, avec celles qu’il avait laissées à Providence - oui, je parle au féminin, parce que Max a bien plus d’amies que d’amis, la faute à…. Hum… Allez savoir. Et donc, c’était un vendredi soir comme les autres, à Providence. Sauf que lui n’avait pas l’intention de faire de cette soirée, une soirée comme les autres. Il n’était pas allé à une quelconque fête, comme telle était son habitude, en temps normal. Pourtant, il y avait été invité, à des fêtes. Si si… Pour ce soir, il avait reçu trois invitations. Mais il n’irait pas, à aucune de ces trois fêtes, parce que ce soir, il avait décidé de jouer les princes charmants.

Oh ! Comme ça fait bien, les « princes charmants ». C’était un peu le cas, en même temps… Quoiqu’il commençait à se faire à l’idée que cette demoiselle-là, celle avec qui il avait prévu de passer la soirée, elle ne se laisserait plus jamais charmer. Pourtant, ça ne l’empêchait pas d’essayer, encore, et encore… Enfin pas ce soir. Du moins, pas dans l’immédiat… - on sait jamais, les dérapages pas très contrôlés sont assez fréquents, avec Max (a). Mais pas pour l’instant, donc. Parce que pour l’instant, tout ce qu’il voulait, c’était la faire sortir de sa chambre, où elle se complaisait à ruminer mille et unes idées noires. Et, quoi qu’on puisse en dire, pour que Max veuille faire sortir une fille de sa chambre plutôt que de l’y rejoindre, il fallait vraiment qu’il tienne à elle. D’où le terme « prince » précédemment utilisé. CQFD.

Il l’avait arrachée à sa chambre, sa Sarah - oui, j’ai dit « sa » -, tel le prince qui délivre sa princesse des griffes du féroce dragon… Et non, il n’avait rien bu avant de prendre le volant, promis ! Il l’avait traînée jusqu’à sa belle jaguar, dans laquelle il l’avait faite embarquer… Et il avait monopolisé la conversation, lui racontant quelques anecdotes de son périple. Plus qu’un besoin de parler, c’était surtout un désir de ne pas laisser un silence gênant s’installer. Et vu l’état de la demoiselle, il se doutait que ça n’était pas elle qui prendrait la parole, s’il s’arrêtait. Il avait continué, donc. A parler, et à rouler, la conduisant d’abord hors du campus, puis hors de la ville… Où il l’emmenait ? Il n’en avait rien dit. « Tu as confiance en moi ? » Voilà qu’il se prenait pour Leo DiCaprio, maintenant… Ah mais nan, ça, c’est Aladdin, pourquoi il avait pensé à ce cher Leo ? Ah, voui, Romeo et Juliette… Mais non ! On a dit qu’on oubliait la scène de la piscine, pour ce soir !

Bref, Aladdin, Leonardo, c‘est la même chose… Sauf que lui, c’est Max, merci pour lui. Et lui, il avait fini par quitter l’autoroute, pour entrer dans Newport. Sa destination ? Le Green Valley Country club, un club de golf dont il était un membre V.I.P - bien qu’il ne soit absolument pas un habitué. Son père connaissait bien le propriétaire, et de fil en aiguille, Max avait fini par nouer quelques contacts utiles, au sein du club… Pour avoir droit à une partie privée, de nuit, par exemple. Le gardien lui avait même filé le passe-partout, pour pouvoir entrer sans avoir à croiser qui que ce soit. On aurait presque pu croire qu’il entrait par effraction, mais pas du tout. Il était sorti de la voiture, sur un simple « je reviens » à l’intention de la jeune femme, avait disparu quelques instants dans la nuit, puis était revenu, tout sourire, alors que le grand portail s’ouvrait, et que quelques lumières s’allumaient, ici et là, éclairant l’immense terrain de golf.

Loin de s’inquiéter pour la pelouse, il était revenu dans la voiture, et s’était avancé, pendant que le portail se refermait, les enfermant tous les deux dans l’enceinte du club. Elle lui faisait assez confiance, hein ? … Oui, bien sûr qu’elle lui faisait confiance. Même quand il roulait, seul avec elle, à toute allure sur un terrain de golf désert, pour finalement aller s’arrêter à quelques pas d’un arbre fruitier dont il ignorait le nom… Coupant le contact, il s’arrêta finalement de parler, et le silence qui s’installa alors entre eux se fit pesant, bien qu’il ne le remarquait pas vraiment, en réalité. Dans la réalité, il était trop occupé à la dévisager, toujours en silence. Lentement, il se pencha vers elle, et se pencha encore… et… récupéra le paquet qu’il avait rangé derrière le siège de la demoiselle. Se redressant, il posa le paquet sur ses genoux, et commença à en sortir le contenu : sandwiches, frites, et boissons, tous à l’effigie de ce bon vieux McDo.

- Je t’ai pris tout ce que t’aimes... Enfin, si tes goûts n’ont pas changé, depuis la dernière fois.

Il les posa sur la petite banquette qui les séparait, et qui leur servirait de table de fortune, pour ce soir - pas comme si c’était important, en même temps…
Il laissa le silence planer pendant encore quelques secondes, avant d’ajouter.

- Pour la partie de golf, c’est pas obligatoire… Mais j’aimerais autant que tu parles, quand même…
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Isael

avatar

Féminin
● INSCRIPTION : 07/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2299
● CÔTÉ COEUR : Il est tout pour moi, je ne peux vivre sans lui. Je t'aime...
● ÂGE : 30
● PHRASE DU JOUR : Petit maillon manquant dans la chaîne de l'évolution, parle, parle, nous admirons tes efforts vers le langage articulé, à défaut du langage cohérent ! Un jour, peut-être, sauras-tu marcher sur tes deux pieds...
● STAR SUR L'AVATAR : : Scarlett Johansson
● DISPO POUR UN TOPIC? : Pas pour le moment.

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
80/100  (80/100)
// Humeur: You don't like me ? I don't care. I don't like you either.

MessageSujet: Re: Golf de nuit ¤Sarah¤   Sam 1 Mai - 23:22

Gris. Flou. Sombre. Vague. Terne. Morne.

Imprécis. Voilà comment était le monde, vu par les yeux de Sarah, en cette désolante soirée. Plus rien n'attirait son regard, plus rien ne lui faisait lever les yeux. La déprime la tenait, et la tenait fort. Elle n'avait même plus envie de lever le petit doigt - alors se bouger et sortir, inutile d'y songer... Maxime avait pourtant relevé le défi. Il avait débarqué devant la porte de son appartement en ville, avait tambouriné avec un ben enthousiasme jusqu'à ce qu'elle lui ouvre, et devant l'absence totale de réaction, avait allègrement enjambé le balcon pour entrer par la fenêtre du salon qu'elle avait ouverte machinalement un peu plus tôt.

Il l'avait trouvée avachie sur son petit canapé, les jambes repliées contre elle et les yeux dans le vide, fixant sans le voir vraiment le petit bouquet de roses rouges fanées qui perdait tristement ses pétales sur la table basse. Elle se laissait aller, depuis que Reese l'avait quittée. Ses vêtements étaient propres, mais informes et mal assortis ; ses cheveux étaient toujours soyeux, mais sa masse de boucles était inextricablement emmêlée. Elle n'avait pas mangé depuis des jours, ne trouvant guère la motivation de décoller du divan, trop abattue par sa dépression. Elle avait volé si haut, connu tant de joie... et elle était retombée bien bas. Elle n'avait même pas pleuré, n'avait pas versé une seule larme depuis qu'il était parti.

Elle ne comprenait toujours pas. Y penser lui faisait mal, alors Sarah évitait de se remémorer la scène tragique qui s'était déroulée la semaine précédente sous le soleil du parc. Elle l'avait retrouvé après une absence de dix jours - dix jours qui lui avaient paru une éternité. Dix jours pendant lesquels elle avait faite une découverte stupéfiante, et qu'elle avait hâte de lui faire partager. Il était revenu, et enfin, elle avait pu le revoir, le serrer contre elle, respirer sa présence. Elle était tellement heureuse qu'il soit là... Comment en étaient-ils arrivés à parler d'Aiden ? Aiden qu'elle avait croisé par le plus grand des hasards en rejoignant Reese, Aiden qui était censé être à l'autre bout du monde pour ce qu'elle en savait, et dont la vue l'avait pétrifiée tant elle était surprise. Ils n'avaient même pas échangé une parole, leurs regards s'étaient simplement croisés. Elle l'avait percuté de plein fouet et était tombée, il lui avait pris la main pour la relever, puis était parti. C'était tout. Mais pour Reese, apparemment, c'était déjà beaucoup.

Quelle idiote elle avait été de lui parler d'Aiden. D'évoquer ces quelques semaines étranges dont elle gardait un souvenir tumultueux. De ce temps du lycée où le sien avait brûlé, la mort de sa meilleure amie, son arrivée en parfaite inconnue à l'internat de Brown, et la présence ambigüe d'Aiden dont elle ne savait trop quoi penser, de ces instants sulfureux qui avaient brutalement cessé lorsqu'il avait disparu sans crier gare. Sa lucidité subite quand elle avait compris avoir été utilisée. Le temps avait passé, estompant les angles trop vifs de son amour-propre blessé, et puis... et puis elle l'avait rencontré, lui, Reese, et tout s'était illuminé.

Malheureusement, il avait déjà cessé de l'écouter quand elle en était arrivée à ce point de l'histoire. Il en était resté à ça : aujourd'hui, elle ne savait plus trop ce qu'elle ressentait pour lui. Le revoir de manière aussi imprévue l'avait chamboulée. Elle lui avait dit, à Reese - elle avait trop besoin d'en parler. Mais lui bien sûr, dans son orgueil de mâle blessé, l'avait quittée sur-le-champ, là, tout de suite, maintenant, parce qu'il avait cru qu'elle ne l'aimait plus - pire, qu'elle en aimait un autre, un autre venu du passé. Elle n'avait pas eu le temps de lui dire, de lui expliquer, que pour eux deux rien ne changeait et qu'elle l'aimait de tout son cœur - non, il était juste parti, comme ça. Il lui avait fait une scène terrible, devant tous les curieux qui passaient par là - et il était parti, l'abandonnant là. Et Sarah n'avait pas pleuré...

Depuis, elle broyait du noir dans la pénombre de son salon. Maxime avait dû s'inquiéter de ne pas la voir en cours, peut-être - et puis au fond elle s'en fichait. Il l'avait forcée à sortir, l'avait installée dans la voiture, attaché sa ceinture comme à un bébé, et avait placé un plaid sur ses genoux, comme si elle était une sorte de grande convalescente. Elle ne l'avait même pas écouté babiller, se contentant de laisser son regard errer dans le paysage nocturne. L'odeur de la nourriture avait chatouillé ses narines, mais elle n'avait pas envie de manger. Les aliments avaient perdu toute saveur. Plus rien ne comptait vraiment. Et lui qui s'obstinait à vouloir la faire parler...

Il avait posé les sachets en papier devant elle, comme pour la tenter. Les frites, oui, elle aimait ça, et à en juger d'après l'odeur, il devait y avoir quelque part là-dedans quelques Nuggets de poulet. Son estomac vide grogna quelque peu son mécontentement, mais elle n'avait pas envie de tendre le bras pour se servir. Elle se radossa au dossier, renfrognée, et recluse dans son mutisme.

- Pour la partie de golf, c’est pas obligatoire… Mais j’aimerais autant que tu parles, quand même…

Soupir. Parler, à quoi bon ? Elle tourna vers Maxime ses yeux cernés. Il n'avait pas l'air décidé à la lâcher. Apparemment, ce serait manger ou parler, ce soir. Au prix d'un effort incroyable, elle déplia son bras droit, attrapa une frite et la grignota silencieusement, observant passivement les bleus sur ses poignets, là où Reese l'avait attrapée et avait serré fort, si fort, dans sa colère et sa rage. Elle n'avait même pas senti la douleur sur le coup... son désespoir avait surmonté toute autre sensation.
Revenir en haut Aller en bas
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 28
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Re: Golf de nuit ¤Sarah¤   Dim 2 Mai - 2:58


Dans le silence qui suivit sa requête, il essaya tant bien que mal de deviner ce qu’elle allait bien pouvoir lui dire… Plutôt mal que bien, d’ailleurs, puisqu’il n’en avait pas la moindre idée. Et finalement… Carrément mal ; elle ne répondit pas. Elle n’avait pas l’intention de répondre, il le lisait dans ses yeux. Mais au moins, elle se décida à prendre une frite ; c’était un bon début. Depuis combien de temps n’avait-elle pas avalé le moindre aliment ? Il ne voulait même pas essayer de le deviner, ça.

C’était… étrange. Vraiment, c’était le mot. Etrange, la façon dont il ressentait le besoin de prendre soin d’elle… La remettre sur pieds, lui redonner le goût de vivre, vraiment. Pourtant, il n’était que lui, que Max. Alpha de son état, dragueur invétéré, et qui avait la réputation de sauter sur tout ce qui bouge, et qui est féminin. Mais là… Sarah avait beau être sacrément féminine, l’idée ne lui traversait même pas l’esprit. En temps normal, elle l’aurait fait, bien sûr. En temps normal, il aurait tenté bien des choses, jusqu’à ce qu’elle finisse par céder - ce qu’elle ne faisait jamais, quel dommage… Mais là, il ne le fit pas. Pas qu’il avait peur qu’elle l‘envoie paître, hein - ça, il en avait l’habitude -, et il n’avait pas non plus peur qu’elle accepte finalement, pour ceux qui se poseraient la question - ça serait le comble, ça, quand même… Non, il n’était juste pas du genre à profiter d’une quelconque faiblesse, pour justifier ses actes. Et s’il y avait une chose de tout à fait évidente, là, c’était que la jolie Sarah était en situation de faiblesse - et encore… le mot est… faible. Ahem.

Sans ciller, il l’observa alors qu’elle mâchouillait sa frite. Son histoire avec Reese ? Bien sûr, qu’il en avait entendu parler. Cette scène avait fait le tour du campus. Mais connaissant ledit campus, il était certain que la moitié de l’histoire avait été transformée avant d’atteindre ses oreilles. C’était bien pour ça qu’il ne prêtait que rarement attention aux rumeurs… Mais là, allez savoir pourquoi, le nom de Sarah l’avait interpellé, et il s’y était intéressé. Et donc, oui, il savait qu’il s’était passé quelque chose avec Reese… et accessoirement, qu’ils avaient rompu. La suite, il la voyait devant lui : Une Sarah dépressive. Et pour ce qu’il en était de Reese, il n’en savait rien, bien qu’ils vivaient techniquement sous le même toit. Pour être honnête, il ne s’y était même pas intéressé, se préoccupant plus du cas de Sarah. C’est que ça en devenait presque inquiétant, tout ce sentimentalisme à l’égard de la belle…

Il avait entendu plein de choses, dans les couloirs. Notamment que Reese l’avait frappée - mais ça, il avait refusé d’y croire. Quoi qu’il ait pu se passer, Reese n’avait quand même pas pu oser… N’est-ce pas ? Mais alors qu’il observait toujours la jeune femme, il ne put que remarquer les bleus sur ses poignets. Non… Il rêvait, là ? Son cœur - je parle de l’organe… n’y voyez aucun sentimentalisme - s’accéléra, mais il se contenta pourtant d’encaisser le choc en silence… et de se détourner de la jeune femme. Faisant à nouveau face au volant, il s’empara d’un ***burger - il ne savait pas exactement duquel il s’agissait, puisqu’il y en avait plusieurs… -, et entreprit, justement, d’en examiner le contenu, avant de croquer dedans. Il voulait attendre qu’elle parle, mais visiblement, elle ne voulait pas. Au moins, elle mangeait… Mais c’était bien trop silencieux, à son goût. Alors, il enchaîna, un peu plus gaiement.

- Celle qui s’est occupée de moi, au McDo, elle était absolument… ravissante. Tout à fait charmante, vraiment. Et je crois même que… Il examina la boisson qui était censée lui revenir …ouais, elle m’a laissé son numéro !

Sans vraiment la regarder, il eut un fin sourire, sachant pertinemment que… qu’elle n’en avait absolument rien à faire. Mais tant pis, au moins, ça meublait. Enfin, il croqua dans ledit sandwich, et savoura le moment en silence, avant de finalement jeter un nouveau regard en direction - approximative - de la jeune femme.

- Tu sais, j’t’oblige à rien, hein… Mais si tu parles pas, je vais vraiment finir par me faire des idées…

A ces mots, il fixa les poignets bleus de la jeune femme, espérant bien que ça la fasse réagir… ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Golf de nuit ¤Sarah¤   

Revenir en haut Aller en bas
 

Golf de nuit ¤Sarah¤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[PROVIDENCE] :: rhode island :: la ville de newport :: green valley country club-