AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Vive le week end...ah non, c'est Vendredi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abbey Davis

avatar

ETUDES : Économie, droit & gestion - Management des entreprises // Athlétisme
Féminin
● INSCRIPTION : 25/04/2010
● MESSAGES POSTÉS : 98
● CÔTÉ COEUR : Célibataire
● ÂGE : 25
● PHRASE DU JOUR : Remember to learn to forget
● STAR SUR L'AVATAR : : Sarah Michelle Gellar
● DISPO POUR UN TOPIC? : Oui =)

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
80/100  (80/100)
// Humeur: Joueuse

MessageSujet: Vive le week end...ah non, c'est Vendredi...   Sam 1 Mai - 0:12

[Maxime]


Le réveil avait été plus que difficile ce matin. La veille, comme quasiment tous les soirs, j’étais sortie faire la fête et étais rentrée tardivement. Tardivement ? Pas tant que ça en fait, du moins pas par rapport à d’habitude. Approximativement deux heures du matin –sur le coup j’avais trouvé ça assez raisonnable. Je ne me souviens plus exactement de comment je suis rentrée, mais cela n’a aucune importance …
Dix heures. Dehors, un temps magnifique, pas un nuage. Quelques oiseaux sifflotaient sur le rebord de la fenêtre et les rayons du soleil traversaient la vitre pour venir me chatouiller le visage. J’ouvris doucement les yeux, toujours allongée et à moitié endormie. Quel merveilleux vendredi matin…

*Vendredi ?!*

Je me levai précipitamment, et faillis tombée, déséquilibrée par ce mouvement trop brusque. Vendredi matin. Dix heures et quart. Voilà déjà quinze minutes que j’aurai du être en cours ! Ça commençait bien pour un premier jour. Je me précipitai vers la salle de bain, non pas sans une certaine pointe de nonchalance –aller travailler n’est pas toujours enthousiasmant. Je n’étais pas si pressée que ça au final, et puis j’avais déjà raté la première heure, ça ne servait à rien de me dépêcher, j’irai au cours suivant. Je pris donc mon temps pour me préparer. Je vous passe les détails peut être ? Oui ça vaut mieux, ça risque d’être long sinon…
Onze heure et quart. Après m’être douchée, habillé, m’être battue avec mes cheveux, [etc] j’étais enfin prête. J’attrapai ma veste, deux ou trois stylos de couleur différente –histoire de pouvoir faire de jolis dessins- et un calepin qui servirait pour toutes les matières –le moins qu’on puisse dire c’est que je n’étais pas surchargée.
Je quittai enfin ma chambre, prête pour aller affronter une heure –ou une heure et demie, je n’avais pas encore mémorisé les horaires- de management. Hum…Que de joies en perspective…
En sortant de la Sears House, un nouveau problème se posait à moi. Mon regard scruta les alentours, tandis que mon visage affichait une expression de doute. Où pouvais-je donc bien avoir cours ? Le campus était si grand… A croire que j’allais aussi devoir rater le management. Vraiment pas de chance…

Après avoir demandé mon chemin à plusieurs étudiants –oui, oui, des étudiants, pas des étudiantes…- et m'être égarée un bon nombre de fois –nombre que je ne révèlerai pas, histoire de préserver ma fierté-, je me retrouvais enfin devant l’University Hall. Le bâtiment était très grand et je n’osais même pas imaginer le nombre de salle de torture cours qu’il pouvait y avoir à l’intérieur. Une fois entrée, c’était encore plus impressionnant : tout ces couloirs, ces numéros sur les portes… En parlant de numéro, j’avais cours où déjà ?

*J’aurai peut être du prendre mon emploi du temps…*

Oui peut être… Comme précédemment, je dus me résigner à demander mon chemin. N’étant pas timide, ça n’avait rien de compliqué, c’est juste que je n’aime pas paraître perdue. Après quelques informations erronées, plusieurs escaliers montés et descendus, j’étais enfin sur la bonne voie celle de la connaissance. Légèrement fatiguée par tout cet exercice –oui j’avais un peu couru pour ne pas être encore plus en retard- je ne prêtai aucune attention à ce qui ce passait autours de moi. De plus les couloirs étaient quasiment vides, il semblait que la plupart des étudiants n’avait ni panne de réveil, ni problème d’orientation.
Alors que je cherchais une excuse vraisemblable et plus développée que « je me suis perdue », ce qui en ferait rire plus d’un à n’en pas douter, quelque chose, ou plutôt quelqu’un, me heurta. A bien y réfléchir, c’était peut être moi qui l’avais heurté. Je m’excusai –pas envie de se faire des ennemis aujourd’hui- sans lever les yeux, puis ramassai les affaires que j’avais laissé tomber.

« Vraiment désolée… »


Dernière édition par Abbey Davis le Dim 2 Mai - 2:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 29
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Re: Vive le week end...ah non, c'est Vendredi...   Dim 2 Mai - 1:37


Et… non, ça n’était pas le week-end. Ça n’était que vendredi matin. Et qu’y a-t-il, après la fameuse soirée étudiante du jeudi matin ? Le réveil difficile du vendredi matin, bravo Sherlock. Et en ce merveilleux vendredi matin - pas si merveilleux que ça, mais passons -, Max était… en retard. Pour changer, comme diraient certains. En fait, non ; Retard n’était pas le mot exact… Absent, voilà. C’était beaucoup plus juste. Absent à son premier cours de la journée. Bah… ça n’était pas si important que ça, si ? … Comment ça, si ? Mais non, rien à faire, de ce cours. Et puis, même s’il était important, il ne pouvait pas être plus important que l’oreiller qui semblait avoir une emprise sur sa tête, telle qu’elle ne pouvait s’en décoller.

Les yeux à peine entrouverts, il fit un effort démesuré pour connecter ses derniers neurones opérationnels, et attraper sa montre posée sur la table de chevet. Dix heures vingt. Bah… il avait encore du temps, avant le prochain cours. Il pourrait bien dormir encore un peu… Juste cinq minutes… Dix… Zzzz…

- Oh ! Pardon… Je croyais que t’étais en cours.

Les yeux ensommeillés, et toujours affalé sur son lit, il ouvrit pourtant un œil, pour voir qui venait le perturber dans son sommeil… Bon, déjà, c’était une fille, il l’avait remarqué par sa voix. Blonde, d’après ce qu’il pouvait en voir… Et… c’était tout. Elle était repartie. Et lui… Et bah il ne savait pas du tout qui c’était, ni ce qu’elle pouvait bien lui vouloir. A lui, ou à sa chambre, plutôt, puisqu’elle avait espéré qu’il n’aurait pas été là. Hum ? Il plissa les sourcils, se frotta les yeux, puis regarda sa montre toujours à côté de lui. Onze heures cinq… Oops.

Son prochain cours était à onze heures et demie. Management. Et il ne voulait pas le rater, ce cours-là. Oui enfin… S’il continuait à ce rythme, il n’aurait pas d’autre choix que de le rater, ce cours. Surtout que le prof qu’ils avaient aujourd’hui ne l’aimait pas beaucoup, et se plaisait à le mettre dehors, à la moindre occasion. Fichus profs ! Bah… Il s’en fichait, de ça. Tout ce qu’il voulait, c’était son diplôme, à la fin de l’année. Et les profs avaient beau ne pas l’aimer, et le mettre dehors autant qu’ils le voulaient, il revenait toujours à la charge. Mieux ! Il était l’un des meilleurs élèves de la promo. Qui l’eût cru, hein ?

Onze heures vingt-cinq. Il était fin prêt ; habillé, coiffé - avec la charmante négligence qu’on lui connaissait… bien qu’il ne s’agisse absolument pas de négligence, en réalité -, et il ne lui restait donc plus qu’à rejoindre sa salle de cours. Seul hic : elle était loin, la salle de cours. A l’autre bout du campus, presque. A croire que quand ils l’avaient construit, les architectes n’avaient pas prévu qu’un Alpha puisse vouloir prendre des cours de management - ou aller en cours tout court, d’ailleurs… Mais ce qu’ils avaient prévu, Max s’en fichait comme de son premier jeton de casino. Lui, il irait en cours, coûte que coûte. Et il ne serait pas en retard, parole de Max !

Ladite parole de Max fut cependant sérieusement mise en doute, quand il consulta sa montre, à quelques pas de la salle. Il avait deux minutes de retard… Ah non, trois. Et le prof n’acceptait plus les retardataires, après cinq minutes. Donc : Non, il n’était pas en retard. Et… Oops, il venait de heurter quelqu’un Si, il allait être en retard…

- Toute excusée ; C’est moi qui regardais pas, en fait…

Tout étant dans son sac à dos - pratiquement vide -, il n’avait rien eu à faire tomber, lui. Mais malgré ça, il n’eut pas le temps d’aider la jeune femme à ramasser ses affaires, qu’elle s’était déjà relevée… Et là, le choc : C’était une blonde… Oui, bon, ça il l’avait déjà remarqué avant qu’elle ne relève la tête. Mais le vrai choc : C’était Abbey ! Abbey Davis, cette chère Abbey, qu’il n’avait plus revue depuis le lycée. Ne cachant pas sa surprise, il leva les sourcils, tout en souriant.

- Je confirme… Je regardais pas. Ca va ? Ça fait longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Abbey Davis

avatar

ETUDES : Économie, droit & gestion - Management des entreprises // Athlétisme
Féminin
● INSCRIPTION : 25/04/2010
● MESSAGES POSTÉS : 98
● CÔTÉ COEUR : Célibataire
● ÂGE : 25
● PHRASE DU JOUR : Remember to learn to forget
● STAR SUR L'AVATAR : : Sarah Michelle Gellar
● DISPO POUR UN TOPIC? : Oui =)

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
80/100  (80/100)
// Humeur: Joueuse

MessageSujet: Re: Vive le week end...ah non, c'est Vendredi...   Dim 2 Mai - 14:43

Occupée à ramasser mes affaires, et à maudire intérieurement le mal de tête occasionné par les quelques verres en trop de la veille, je ne prêtai pas une grande attention à la personne plantée devant moi. Je m’étais excusée, qu’est ce qu’il pouvait bien vouloir de plus ? Oui il, car il s’agissait d’un jeune homme. Je tendis l’oreille, saisissant quelques mots : « Toute excusée ; C’est moi… », les civilités habituelles. Il y avait cependant quelque chose dans sa voix qui…Non, rien.
Étant suffisamment en retard, je ne perdis pas de temps pour récupérer les quelques objets tombés au sol, et me redressai rapidement. Replaçant une mèche de cheveux, je relevai ensuite la tête pour m’apercevoir que l’inconnu était toujours là. Inconnu ? Ce style coiffé négligé –qui avait sans doute du lui prendre un peu de temps-, ce physique musclé, ce charisme… L’espace d’un instant, mon corps entier se retrouva figé, et, bien que cela me déplaise de l’admettre, mon cœur s’emballa légèrement. Mais cela ne dura que quelques secondes, le temps de me reprendre en main et de chasser de mon esprit diverse souvenirs qui étaient alors remontés à la surface. Maxime. Maxime, ici, dans ce couloir. Quelle surprise ! Cela faisait un petit moment que je ne l’avais plus vu. Depuis le lycée, plus exactement. On avait été assez proche tout les deux, et puis…et puis rien. A son haussement de sourcil je devinai qu’il était tout aussi surpris que moi. Bizarrement, je l’écoutais maintenant avec une plus grande attention.

« Je…Un peu perdue, mais sinon tout va bien. Et toi ? »

Je lui rendis un sourire amical. Cette rencontre m’avait prise au dépourvu, c’est vrai, mais l’état de « choc » était passé et je retrouvais peu à peu mon assurance habituelle. Après tout je n’avais pas de quoi être troublé, il avait disparu de ma vie depuis longtemps. Il n’était plus qu’une ancienne amourette de lycée, un souvenir. Oui mais un souvenir bien vivant qui se tenait maintenant devant moi.
Je jetai un rapide coup d’œil à ma montre. Ce n’était pas que je m’ennuyais en sa compagnie, d’ailleurs cela ne me déplaisait pas de le revoir, mais j’étais tout de même censée avoir cours. Onze heures trente-six. Six minutes de retard, c’était encore jouable, non ? J’esquissai un nouveau sourire.

« Oui ça fait un petit bout de temps déjà… »
« Pourtant t’as pas l’air d’avoir trop changé »


Un nouveau regard à ma montre. Onze heures trente-sept, ou trente-huit, elle n’était pas exactement à l’heure. Si je dépassais les dix minutes de retard il était quasiment sûr que je serai renvoyée à peine après avoir franchit le seuil de la porte. Déjà là il n’était pas certain que je sois acceptée. J’avais entendu dire, par un des étudiants que j’avais croisé plus tôt, que le professeur de management était assez pointilleux sur les horaires… Pourvu qu’il fasse une exception, non pas que j’avais envie d’aller en cours, mais c’était tout de même ma matière principale. Mon sourire amical laissa donc vite place à une expression plus hésitante.

« Hum…Je suis ravie de t’avoir revu, mais j’ai un cours là, et je suis déjà en retard…Alors…Je…Excuse moi, faut que j’y aille »

Je baissai les yeux, tout en laissant échapper un faible soupir. Pitoyable. Moi qui d’habitude étais si confiante, c’est à peine si ma phrase voulait dire quelque chose. Je le regardai de nouveau, entrouvrant légèrement les lèvres comme si je m’apprêtais à prendre de nouveau la parole, puis me résignai à garder le silence. J’étais vraiment en retard maintenant, et je ne pouvais m’attarder plus longtemps -et pourtant ce n'était pas l'envie qui m'en manquait. Je commençai à marcher mais, déçue de la façon dont je venais de quitter le jeune homme, je fis demi tour et, me mettant un peu sur la pointe des pieds, déposai un baiser sur l'une de ses joues. Simple lubie ? Peut être.
Revenir en haut Aller en bas
Maxime Rutherford

avatar

Masculin
● INSCRIPTION : 09/07/2009
● MESSAGES POSTÉS : 2690
● ÂGE : 29
● PHRASE DU JOUR : « Quand on est riche, on ne dit pas fou... On dit Excentrique x) »
● STAR SUR L'AVATAR : : Josh Duhamel
● DISPO POUR UN TOPIC? : Occupé -/

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
78/100  (78/100)
// Humeur: Hey, c'est de moi qu'on parle... --

MessageSujet: Re: Vive le week end...ah non, c'est Vendredi...   Jeu 6 Mai - 12:55


Abbey Davis, devant lui… Là, en chair et en os, incroyable ! Il n’aurait jamais pensé la revoir, et surtout pas à ici, à Brown… surtout pas dans ce couloir, et… Et bah non, il n’aurait jamais imaginé la revoir. Pas que l’idée lui déplaise, hein ; au contraire, il était tout à fait ravi de cette rencontre, et aurait bien tiré un trait sur tous les cours de la journée, juste pour rester avec elle. Mais… Mais rien du tout. Il irait en cours ! … si le prof voulait bien de lui, évidemment…

- Moi, bien ! Bien… Je m’attendais pas à te voir ici, ça fait plaisir.

Il souriait, alors qu’elle reprenait la parole, confirmant ses dires, puis lui annonçant qu’il n’avait pas trop changé… Ca aussi, ça faisait plaisir ! Quoi que… ça dépend. Dans quel sens, il n’avait pas trop changé ? Dans le sens où il était gamin, avant, et qu’il ne s’était pas arrangé maintenant, ou… ? Oui, bon, elle ne pouvait pas avoir déjà trouvé qu’il n’avait psychologiquement pas changé, en trois phrases… Surtout pas celles-là. C’était donc au niveau du physique, qu’elle parlait. Et à ce niveau-là, c’était que du positif, pour Max !

- Merci - enfin si c’est un compliment -, et toi non plus, toujours aussi charmante.

Et oui, ça, c’était un compliment… Mais contrairement aux apparences, il n’essayait pas du tout de la séduire - ça, il l’avait déjà fait, quelques années plus tôt -, il était juste parfaitement sincère - en même temps, il l’était à peu près tout le temps… il n’y avait donc pas de quoi douter de sa parole. Il l’avait toujours trouvée jolie, oui, ça n’était un secret pour personne ; et il avait eu envie de lui dire, voilà tout… En fait, il aurait bien aimé pouvoir lui en dire plus, sauf qu’elle regardait continuellement sa montre ; ce qui semblait être contagieux, puisqu’il se mit, lui aussi, à regarder la sienne. Onze heures trente-huit… Ouh, c’était mauvais, ça. Enfin, la rencontre valait le coup, et pour rien au monde il n’en voudrait à Abbey de lui faire rater un cours. D’ailleurs, il n’y avait pas que lui qui avait cours…

- Ah ? Oui, d’accord, pas de souci ; De toute façon, j’en ai un moi aussi… C’est pas grave, hein ? On aura bien le temps de se revoir plus tard, si t’as cours ici. D’ailleurs…

Jusque là, il n’avait pas regardé le numéro de la porte vers laquelle semblait se diriger Abbey avant leur collision. Mais maintenant qu’il y jetait un œil, dans le but de savoir dans quel cours elle était, il eut la surprise de voir qu’il s’agissait… du sien. Perplexe, il leva un sourcil.

- C’est bien là que tu vas ? Le cours de Management ? Si c’est celui-là, c’est le mien, aussi, et… Si tu veux avoir une chance d’y assister - et encore, ça dépend de l’humeur du prof -, je te laisse y aller avant… Si je viens en même temps que toi, c’est même pas la peine d’essayer.

D’ailleurs, en regardant à nouveau sa montre, il eut un sourire désolé. Quarante passées… Même seule, il faudrait vraiment un miracle. Mais pour ne pas la décourager, il n’ajouta rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Abbey Davis

avatar

ETUDES : Économie, droit & gestion - Management des entreprises // Athlétisme
Féminin
● INSCRIPTION : 25/04/2010
● MESSAGES POSTÉS : 98
● CÔTÉ COEUR : Célibataire
● ÂGE : 25
● PHRASE DU JOUR : Remember to learn to forget
● STAR SUR L'AVATAR : : Sarah Michelle Gellar
● DISPO POUR UN TOPIC? : Oui =)

Relevé de notes
// Relations:
// Moyenne scolaire:
80/100  (80/100)
// Humeur: Joueuse

MessageSujet: Re: Vive le week end...ah non, c'est Vendredi...   Ven 14 Mai - 18:23

« Hum…prend le comme tu veux »

Un sourire complice grandissait sur mes lèvres. Cela faisait un petit bout de temps que je ne l’avais pas vu, et pourtant le ton taquin de ma voix ne me sembla pas incongru. C’était comme si il restait quelques traces de notre ancienne intimité, dans le sens où j’avais une certaine aisance dans mes paroles, que je n’avais aucune crainte de l’offenser ou autre.
Mon sourire s’agrandit encore, en guise de remerciement, lorsqu’il me complimenta. Venant de Maxime, je savais que c’était sincère, il ne cherchait aucunement à me séduire. De toute façon, une idée ou pas derrière la tête, ses paroles étaient quasiment toujours authentiques, du moins de ce que je me rappelais.

« Tiens, tu vas en cours toi maintenant ? »

Une lueur de malice traversa mon regard. Cela n’avait rien d’un reproche, ou de quoi que ce soit de méchant. Une autre envie de le taquiner, voilà tout. Je dois avouer que cela m’avais un peu manqué, cette liberté que l’on a quand on se trouve en présence de personne qu’on connaît déjà.
La suite de sa phrase me fit plaisir et en même temps…Me peina ? J’étais heureuse qu’il parle de se revoir, cela voulait dire qu’il m’appréciait toujours un peu, enfin je crois. Ce qui m’affligeait légèrement, c’était le fait de savoir que le campus était grand et de me rappeler comment chacun avait vite disparu de la vie de l’autre par le passé. Il n’y avait eu aucune dispute, on s’était simplement séparé puis éloigné, le tout d’une façon si naturelle…

« Oui, bien sûr… »
« Tu suis aussi les cours de management ? »

Croiser Maxime en plein milieu d’un couloir, ou plutôt lui foncer dedans, avait été le fruit d’un pur hasard. J’avais été heureuse, mais très surprise de le revoir. Apprendre qu’il suivait les même cours que moi …et bien c’était une sacrée coïncidence ! L'étonnement se lisait clairement sur mon visage, mais la nouvelle n'était pas pour me déplaire : au moins je connaissais déjà une personne -qui plus est un ami- parmi toutes celles que j'allais devoir côtoyer pendant ce cours.
Ses dires vinrent confirmer ce que j’avais déjà entendu un peu plus tôt: le professeur de management n’était pas l’un des plus sympathiques apparemment. En voyant son sourire désolé, je jetai automatiquement un coup d’œil à ma montre. Onze heures quarante…passées. Peut être un sourire séduisant pourrait il arranger les choses ?…

« Le prof ne te porte pas dans son cœur, c’est ça ? »
« Je me disais aussi, cette image d’élève modèle qui assiste au cours… »


J’affichai un nouveau grand sourire tandis que je m’approchais de la salle. Je posai ma main sur la poignée, prête à l’ouvrir, mais restai indécise. Ce matin, en quittant ma chambre, j’étais réellement déterminée à suivre ce cours de management. J’avais traversé la moitié du campus en courant et avais tout fait pour arriver à l’heure. Cependant maintenant, alors que je me tenais sur le pas de la porte, j’hésitai à ouvrir celle-ci et à pénétrer dans la salle. D’après ce que Maxime m’avait dit, le professeur ne semblait pas l’apprécier, et il ne le laisserait sûrement pas assister au cours. Si par chance j’étais acceptée, il me faudrait entrer seule et, de ce fait, le quitter. Cela faisait du bien de retrouver un ami, et je n’avais pas envie de le laisser. Pourtant, il me f allait absolument aller en cours, j’étais là pour ça après tout…
J’abaissai la poigné et… Rien. La porte ne s’ouvrit pas. Deux solutions : soit elle était fermée, soit j’étais vraiment blonde. Je réessayai de nouveau, sans plus de succès. Me tournant vers le jeune homme, j’affichais de nouveau une mine étonnée.

« Je le crois pas…Il a fermé la porte »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vive le week end...ah non, c'est Vendredi...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vive le week end...ah non, c'est Vendredi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» vive Chavez, vive Castro
» Le 30 mai 1431... Jeanne d'Arc est brulée vive à Rouen...
» Vive stupéfaction de Danielle Mitterrand
» ABA LA JUSTICE, VIVE IMPUNITÉ ET VIVE MARTELLY !
» Invitations au week-end final de bêta-test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[PROVIDENCE] :: L'université de Brown :: University Hall :: Amphithéâtres & salles de cours-